SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Cinéma bis et culte -  La Femme guêpe

"La Femme guêpe" de Roger Corman


Titre : The Wasp Woman
Réal : Roger Corman
Avec : Susan Cabot
Anthony Eisley
Baboura Morris

Durée : 72 minutes
Origine : USA
Année : 1960
Genre : Monster Bis
Editeur : Bach Films
3.5 / 6

Résumé :

Une jeune femme dirigeant une compagnie de produits cosmétiques voit sa beauté s’estomper au fil des ans. L’image de la société étant compromise, elle cherche désespérement une solution. Un savant lui propose alors une lotion rajeunissante à base d’extrait de gelée royale de guêpe (!) mais les résultats sont catastrophiques.

Critique :

Classique mineur du récit à base de monstre, "The Waps Woman" invite le spectateur à une séance nostalgique à base de créature grotesque se voulant menaçante. C’est clair, Roger Corman s’inspire du récent (à l’époque) The Fly, sorti deux ans plus tôt, pour concocter cette transposition amusante mais qui peine un peu à démarrer. Il faut attendre près de trois quarts d’heure pour voir l’intrigue démarrer véritablement et le rythme se montre souvent déficient. Quoique durant à peine plus d’une heure et dis minutes, "The Wasp Woman" souffre aussi de quelques longueurs. Il est vrai que le scénario n’est pas très élaboré et n’autorise que peu de rebondissements.
Corman jugea d’ailleurs le métrage trop court pour une diffusion et rajouta finalement un long prologue au cours duquel le savant fou se promène au milieu des insectes. Un savant d’ailleurs affublé d’une impayable voix à l’accent allemand caricatural au possible "ya bitte sheuneuh za être une groze inventzionneuh". Trop drôle d’autant que la V.O. se la jouait sobre, contrairement aux doubleurs qui en rajoutent volontiers. Voici d’ailleurs la principale raison de lui préférer cette VF nanardisante, l’autre attrait annoncé (un son 5.1.) étant totalement accessoire : les enceintes d’ambiance restent muettes durant tout le métrage. Pour en revenir au récit proprement dit, le déroulement en est fort attendu, la belle demoiselle se changeant le soir venu en une sorte de monstre à tête de guêpe comme on les aime, nous fans de séries Z. Corman, malgré tout conscient du problème posé par son piètre maquillage, se contente de montrer sa créature dans l’ombre et la dévoile le moins possible. Comme quoi Ridley Scott n’a rien inventé...
Plus sérieusement, "The Wasp Woman" constitue un divertissement agréable qui se savoure sans arrière pensée. Les personnages sont caricaturaux à souhait, de Susan Cabot en femme d’affaire arriviste en passant par le héros fumeur de pipe. Mais les deux secrétaires décrochent le pompon : elles se liment les ongles en discutant de leur mec à longueur de métrage.
Recommandé pour les nostalgiques, le film s’inscrit dans la catégorie "so bad is good" et mérite une place de choix dans la vidéothèque de tout amateur de bis qui se respecte. Souhaitons donc que Bach films nous offre encore l’occasion de déguster bien des inédits oubliés du fantastique.

Bonus : VF 5.1. (?) / VO mono sous titrée, chapitrage et documentaire sur la restauration numérique (le même que l’on trouve sur tous les titres de l’éditeur)

SI VOUS AVEZ AIME CE FILM, ESSAYEZ EGALEMENT :

-  La Mouche Noire

-  Metamorphosis

-  Le Vampire à Soif !

Pizzoferrato Fred (2005)

DVD disponbible chez Bach Films (cliquez sur le nom)

Bach Films


Retour au sommaire des films bis et culte