SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Constantine - Edition Collector
"Constantine - Edition Collector"
de Francis Lawrence

De Francis Lawrence
Avec Keanu Reeves, Rachel Weisz, Peter Stormare
Warner Home Vidéo

Un autre avis sur le film par Alain Pelosato en cliquant

La critique de Stéphane Thiellement après l’analyse de Marc Sessego

L’analyse du DVD par Marc Sessego.

Warner home vidéo catalogue # 71857

Version étudiée : Version originale anglaise dolby digital 5.1

« Super 35 » aspect ratio 2.39.1.

A Noter : La France possède le même transfert en pal 50 hertz mais reste virtuellement identique à part un changement dans le choix du visuel sur la couverture principale.

Image : 4/5

L’image : L’image est stylisée tout au long du métrage avec des fortes variantes de couleurs pour lui donner un certain aspect « super naturel », qui complètent intégralement l’histoire (Fantastique photographie du grand chef opérateur et français de surcroît Philippe Rousselot). A Noter également, dans la première scène d’exorcisme, les reflets subtils dans le miroir. Parfois l’image a comme un visuel « cendré » qui accentue parfaitement l’impression de l’enfer sur terre et par l’intermédiaire des voyages de « Constantine ».

L’image est dans l’ensemble bien détaillée et fine, et les couleurs peuvent parfois défier la compression dvd (Vous serez surpris par les scènes avec « Papa midnite » oú la dominante « rouge » est constamment stable et sans aucune bavure : effet prodigieux lorsqu’on sait que le rouge est l‘ennemi numéro #1 de tout support vidéo). Parfois, et ceci est dû aux effets numériques, la pixellisation a tendance à légèrement se voir, et le titre contient quelques contours vidéos mais il ne dérange en rien la vision du dvd. Dans l’ensemble les effets spéciaux ont bien été intégrés au métrage et le transfert est solide.

BRAVO donc, car nous savons qu’il est extrêmement difficile de transférer du « SUPER 35 » en vidéo en évitant une avalanche de contours et de bruit vidéo comme ce fut par exemple le cas sur « Alien contre Predator ».

Son : 4,5/5

Le son : La bande son dolby digital peut parfois vraiment briller par son utilisation de tous les canaux en même temps et ce à plusieurs reprises dans le film. Les enceintes arrières peuvent donner de très bons effets, mais sont malheureusement peu sollicitées. Les images fantômes (Phantom imaging) se font très bien sentir surtout au niveau gauche et droite de l’image,(ces fameux effets que vous ne voyez pas mais que vous entendez), ceci dit il y a une très bonne articulation du champ sonore qui donne un aspect très fun au film (voir chapitre , la fusillade dans l’hôpital). Le caisson de basses est sollicité quand il le faut, parfois sur tous les canaux en même temps et descend facilement jusqu’à -25 hertz et vous fait partager « l’enfer » de Constantine. On trouve aussi d’excellents effets localisés spécifiquement dans les « coins » avec les voix qui donnent vraiment une impression « surnaturelle » et fantomatique et qui collent parfaitement au sujet.

Cependant le champ sonore est dans l’ensemble quelque peu diffus, donnant de très bons effets et de bonnes scènes mais ne nous englobant presque jamais totalement et c’est là oú ce mixage 5.1 pourrait décevoir un peu. Ceci dit de grands détails sonores et une bonne articulation d’ensemble rattrapent ce manque. Vous vous amuserez tout de même beaucoup avec ce 5.1 et certains effets sont remarquables de précision mais l’ensemble manque de peu l’appellation de référence par manque d’homogénéité dans le champ sonore et c’est un peu dommage, donc 4,5 /5.

Marc Sessego

La critique de Stéphane Thiellement

Il y a des films qu’on rate lors de leur sortie en salles ; après avoir rattrapé le coup via le DVD, on se dit qu’initialement, c’était notre sixième sens qui avait du nous éloigner d’une telle vision. Comme « Constantine » par exemple. Adapté du comics « Hellblazer », on y voit Keanu Reeves dans la peau de John Constantine, détective-exorciste mort quelques secondes il y a une vingtaine d’années mais à qui on a donné un sursis de vie. Ce dernier découvre donc que le Paradis et l’Enfer, ou Dieu et Satan, existent bel et bien et qu’ils se livrent une guerre sans pitié avec comme pions nous autres, pauvres humains. L’important étant de garder un équilibre de forces. Et Constantine de décaniller tout démon qu’il rencontre avant que cela ne fasse pencher la balance du mauvais côté. Jusqu’à ce jour où il semblerait que les démons aient trouvé un moyen de bel et bien envahir notre monde...
Bon, le comics est très noir, l’adaptation l’est moins. L’histoire est carrément débile avec cette guéguerre que se livrent le Bien et le Mal à Los Angeles (Dieu n’a rien de mieux à foutre que ça ???), cette intrigue tarabiscotée inutilement, ces personnages d’accompagnement qui ne servent à rien (style le comparse de Constantine), le tout servi par une mise en scène prétentieuse qui essaie par moments de donner de la tenue à un film parti dès le départ pour être bancal ! L’aspect religieux est plus que ridicule, et Constantine ne trouve pas en Reeves, malgré sa clope sensée lui donner l’air d’un blasé de première, détaché complètement de son job, l’archange exécuteur taciturne créé pour le comics. Dans un registre proche, il vaut largement mieux se retaper la série B « Prophecy » avec Christopher Walken en ange Gabriel, bien meilleure car gardant des proportions modestes quant à un sujet aussi casse-gueule (qui croit réellement encore à « ça » aujourd’hui ?). Ici, on cherche à en mettre plein la vue, à créer et instaurer une ambiance apocalyptique, à nous faire croire à l’incroyable, à des forces surnaturelles et démesurées, à retrouver le succès avec l’acteur star de « Matrix », mais il n’en est rien, et cela ne sera jamais. Avec sa pléiade de producteurs dont un qui (re)touche souvent les scénarios, on peut déjà comprendre que « Constantine » fleurait bon le naufrage annoncé, ce qu’il est bel et bien. Maintenant, pour une fois, cette édition DVD Collector est composée de plein de petits reportages divers et variés sur les effets spéciaux, les armes utilisées, l’adaptation du comics à l’écran (constituant le meilleur de l’ensemble, au passage, aux surprenantes révélations ! ), etc... qui enchanteront le fan du film, mais laisseront de marbre les autres. Quant aux scènes coupées, sérieusement, leur intérêt est des plus relatifs, comme souvent. Bref, en le prenant sous n’importe quel angle, ce « Constantine » constitue bel et bien un ratage qui aurait aussi difficilement pu être mieux. Pour les aficionados de Reeves uniquement, les autres, c’est à vos risques et périls.

Stéphane Thiellement

Note : 1/10 DVD : 5/10 (copie bonne, format d’origine 2.35 image 16/9ème)
Bonus : Disque 1 : commentaire audio du réalisateur et des scénaristes non sous-titré ; bandes-annonces. Disque 2 : reportages sur les effets spéciaux ; les armes du film ; scènes coupées ; du comics au film : documentaire ; making-of.



Retour au sommaire