SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  G - L -  Le domaine de l’ombre t.1 : le chateau sans nom



"Le domaine de l’ombre t.1 : le chateau sans nom"
de
Mickaël Karle

Editeur :
Mnémos (18 juin 2002)
 

"Le domaine de l’ombre t.1 : le chateau sans nom"
de Mickaël Karle



++


Surprise pour l’auteur d’Heroic Fantasy Marc Drake : une cousine très éloignée lui lègue un somptueux château en Écosse. Celui dont il s’était inspiré pour un de ses romans. Mais cette fois, il aura l’occasion de le visiter de fond en comble car il se retrouve chargé d’enterrer la défunte dans les profondeurs du château. Une aubaine pour son imagination un peu en perte de vitesse. Mais son voyage d’agrément va se transformer malgré lui en véritable quête mystique. Le créateur va devenir personnage d’une histoire qu’il aurait pu inventer mais dont il ne maîtrise pas les arcanes et ne connaît pas la fin...


La fantasy francophone a emprunté bien des chemins depuis son essor, il y a une dizaine d’années, phénomène amorcé d’ailleurs par les éditions Mnémos. De l’Heroic Fantasy mâtinée de poésie, au Steampunk, en passant par des délires fantasmatiques, les auteurs ont exploré de nombreuses voies. Mais ils ont tous évité celle de la réplique de parties de jeu de rôle (ou bien sous des pseudos anglicisés) laissant cela aux pondeurs de chez Wizard Of The Coast (ex TSR) avec leurs multiples séries dérivées des univers de Donjons et Dragons. Étonnant donc de trouver un tel roman en 2002 dans le catalogue Mnémos !


Mickaël Karle a véritablement laissé s’exprimer sa fibre nostalgique, retrouvant des sensations qu’il a dû partager autour d’une table avec une bande de potes, veillant des nuits entières et avalant coca et chips jusqu’à la lie et lançant les fameux dés aux multiples faces. Et quand je parle de nostalgie, j’ose même parler de celle qui provoque son amour pour Donjons et Dragons. Au fil des pages, l’esprit premier des donjons sombres et puants sortis de la tête de Gary Gygax s’expose avec aussi le côté simpliste qui le caractérisait. Les deux personnages, je devrais dire héros car ils sont très rapidement caractérisés ainsi, errent dans des souterrains malsains et doivent choisir leur chemin en poussant des portes qui dissimulent pièges et autres vilenies. Cela ne vous rappelle rien ? Un monstre surgit alors, le combat est impitoyable, les points de vie descendent, mais au bout se trouvent la victoire et la prise du butin. Enfin les héros découvrent un objet qui leur servira assurément dans leur quête. Toujours rien ? On ajoute quelques sorcières blanches et noires, des monstres infâmes, de gentils elfes ainsi que des méchants et tout le reste de la panoplie du donjoniste aguerri. Là, vous ne pouvez pas ne pas vous souvenir !


Cette aventure un peu simpliste ravira les gros-bills de tous poils ainsi que les nostalgiques de ce temps ancien où le jeu de rôle avait bouleversé le monde du jeu (si, vraiment, c’est tout de même autre chose que La Bonne Paye !), mais ne sera pas une pierre majeure de l’édifice de la fantasy. Attendons tout de même le second tome pour juger de l’œuvre entière.


À suivre...


Le Château Sans Nom (Le domaine de l’ombre volume 1), Mickaël Karle, Mnémos (collection Icares), 315 pages


Michaël Espinosa







Retour au sommaire