SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Batman 1 (Panini Comics)

"Batman 1 (Panini Comics)" de

Batman 1 (Panini Comics)
Panini Comics - juin 2005 - 8,5/10

Une nouvelle ère vient de débuter. Semic a perdu les droits DC, tant pis pour eux mais tant mieux pour les lecteurs. Panini Comics reprend effectivement le flambeau, et nous prépare pour l’univers DC ce qu’il a déjà officialisé avec celui de Marvel, à savoir 100%, Monster, hors séries, Icons, Intégrales, Best of... bref, les lecteurs que nous sommes pouvons nous frotter les mains et ne pleurerons pas longtemps Semic.

Et la chance est avec Panini qui voit l’acquisition des Droits DC accompagner la sortie du film Batman Begins. Tout va pour le mieux pour le meilleur des mondes, et transition donc sur Batman 1, qui vient juste de sortir en comics shops. Au programme, un épisode de Batman, deux de Legends of the Dark Knight (sans toutefois les épisodes secondaires qui accompagnent parfois la revue) et un de Gotham Knight. Nous avons donc droit à l’intégralité des titres DC sur le justicier de Gotham.

L’épisode de Batman est dans la continuité de ceux proposés par Semic, et est une bonne mise en bouche ; on y retrouve le Pinguin, une drogue qui rend fou, dans le premier épisode d’un nouvel arc. La transition entre les deux éditeurs se fait donc en douceur, nul besoin d’avoir lu de précédents opus pour savoir de quoi on parle.

Les deux Gotham Knights nous permettent de retrouver le détective en action, avec une première partie mettant en avant un Batman assez violent, et d’apprécier lors de la seconde le goût du justicier pour une utilisation ferme de la langue et surtout de ses négations, que l’on ne retrouve pas toujours dans nos chères bulles...

Enfin, le Gotham Knight, mon épisode préféré, met l’accent sur une voix, celle de l’ennemi, qui met lentement son plan en action ; la présence de Batman n’est ici qu’esquissée, mais le scénario n’en est pas moins bon, bien au contraire.

Pour conclure, on ne peut que retrouver avec plaisir les aventures de Batman, d’autant qu’avec ce nouveau mensuel, nous avons là toutes les séries us réunies dans un seul volume ; un beau lancement qui laisse présager du meilleur pour la suite.

A noter deux couvertures variantes, la régulière et la plus belle, de Gabriele Dell’Otto, et celle limitée à 1200 exemplaires de Jim Lee (mais de l’époque Hush, alors bon...).

Grégory Covin



Retour au sommaire