SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  House of M 1 (VO)

"House of M 1 (VO)" de B. Bendis & O. Coipel

House of M 1 (VO)
De B. Bendis & O. Coipel
Marvel - juin 2005 - 8/10

Voici donc le point de départ d’une série qui va déployer ses ailes dans de nombreux titres (Iron Man, Spiderman, FF, Xmen, etc.) et dont l’incidence, pour une fois, ne devrait pas être uniquement là pour faire joli (je prends le logo Dissassembled pour exemple, figé sur beaucoup de couvertures mais ayant souvent une incidence des plus faibles). Le principe est simple, le monde Marvel va changer de tout au tout. Comment ? C’est ce que vous allez découvrir au fil des semaines. Ce premier numéro est le point de départ de House of M Spiderman, et montre que l’on n’en a pas fini de revoir encore et encore les mêmes personnages, même disparus depuis des lustres.

Premier épisode introductif, donc, qui nous permet de retrouver l’excellent Olivier “ Avengers ” Coipel, mettant en scène les deux plus grandes équipes Marvel : Xmen et Avengers. Impossible de vous en dire trop sans spoiler ce qui est actuellement en cours en français dans Avengers, mais on sent bien que Bendis a prévu depuis de longs mois les changements qu’il opère doucement mais sûrement. Et si l’on se doute bien que tout redeviendra à la normal à la fin de l’année aux USA, on peut espérer de belles surprises, surtout de lire des récits très différents de ceux qui circulent actuellement, par le changement catégorique et total de la vie des héros qui va avoir lieu via les changements opérés par ce House of M (Spiderman, adoré des foules dans sa future nouvelle série, en est l’exemple parfait). Les surprises nous attendent donc pour les prochaines semaines, espérons qu’elles seront des plus excitantes.

Grégory Covin



Retour au sommaire