SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No106
106
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Bad trip
"Bad trip "
de Greg Page

Avec Kohn Baker, Dwayne Cameron, Kate Elliott
La Fabrique de Films Vidéo

Parfois, on ne sait pas trop quoi inventer pour faire la promotion d’un film dont on ne sait pas quoi dire. Donc, on y va au hasard, au sensationnel, et ainsi, le bouche à oreilles faisant le reste, ce qui n’était qu’inconnu devient une série B à la flatteuse réputation. Et quand on l’a enfin vu, force est d’admettre que tout compte fait, il s’agit d’une série Z qui ne méritait pas autant de bruit. Prenez donc ce « Bad trip », titre français pour « The locals », déjà, un premier mauvais point. Sur la jaquette, on se réfère à carrément 4 titres d’un tout autre niveau : tout d’abord, comme le film est néo-zélandais, on se réfère aux premières œuvres de Peter Jackson, l’ultra Z mais réussi « Bad taste » et ses aliens bouffeurs de vomi et à son dernier film gore, dernier Grand Prix d’Avoriaz, le génial « Braindead ». Ensuite, on cite la référence horrifique par excellence dans la catégorie petit film, « Evil dead ». Enfin, on vous annonce que on peut songer aussi au « Sixième sens », celui de Shyamalan. Pour couronner le tout, un peu de provocation avec une accroche qui vous annonce que « ce film va vous botter le cul » ! Hé bien, si avec tout ça, on est encore déçu... Ben oui, on l’est et pas qu’un peu car « Bad trip » se révèle un très mauvais shocker, pas très bien écrit, très mal réalisé et interprété par de vrais amateurs !
En route pour une soirée d’enfer, deux amis prennent une route qui les plongent en plein cauchemar ; témoins d’un meurtre, ils découvrent qu’ils sont en fait coincés dans une sorte de monde parallèle où les âmes torturées des victimes d’un prêcheur fou hantent tous les vivants qui se perdent dans leur région. Jusqu’à ce qu’elles trouvent le repos, et pour cela, la sépulture de leur meurtrier doit être emmenée ailleurs.
Ca aurait pu être bien. Dans un thème voisin, Gerardmer avait programmé il y a deux ans « Lost things », un film australien sur quatre jeunes égarés sur une plage désertique et qui revivaient continuellement leur mort. Le scénario était un peu faible mais le film se rattrapait par une mise en scène efficace qui donnait vraiment un ton et une ambiance inquiétants. Ici, rien. L’humour vole au ras des pâquerettes, le gore est discret, et les séquences de terreur ne marchent quasiment jamais. Pourtant, au vu des bonus conséquents, on découvre un scénariste-réalisateur très sûr de lui, expliquant certains parti-pris supposés « originaliser » le concept du genre ! Donc, cela se passe la nuit, et tout le monde est sous le feu de projecteurs invisibles. Normal, vous répond le réalisateur, c’est fait exprès. Aucune justification, c’est à prendre ou à lasser ! Hé bien, on laisse, tant ces innovations cassent complètement le peu de peurs qu’on pourrait ressentir à la vision d’un tel film. Alors, oubliez toutes les références citées, honteusement appropriées pour sauver la carrière commerciale d’un film qui risque fort de mécontenter encore plus tout fan qui fait confiance à ce qu’on lui dit.

Stéphane Thiellement

Note : film : 1/10 DVD : 6/10 (copie bonne, format 1.85 image 16/9ème compatible 4/3, vostf)
Bonus (vostf) : making-of ; interview des acteurs et du réalisateur ; commentaire audio du réalisateur.



Retour au sommaire