SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  M - R -  Ocean’s 12
"Ocean’s 12 "
de Steven Soderbergh

Avec George Clooney, Brad pitt, Andy Garcia, Matt Damon, Julia Roberts, Vincent Cassel
Warner Home Vidéo

« Ocean’s 11 » était une sacrée bonne surprise. Un film fait par une bande de potes, qui misait gros sur une histoire sympathique d’un groupe de braqueurs de haut niveau. Il y avait une ambiance qui devait être celle du plateau, où on sentait bien la connivence entre chaque acteur, où le budget ne pouvait être dépassé d’où un investissement personnel de la part de chacun. Le sujet leur plaisait mais on ne pouvait risquer un budget pharaonique sur un remake d’un film des années 60, pas génial en plus, où Frank Sinatra incarnait Danny Ocean. Clooney et Soderbergh avaient flashé sur le scénario et comprenaient parfaitement la timidité du studio pour limiter quand même la dépense. Bref, le film sort et cartonne au délà des espérances les plus folles. Et quelques trois ans plus tard, une suite est annoncée. Et là, ce n’est plus la même musique, c’est carrément l’inverse. Dans le premier, ils se disaient qu’ils allaient essayer de faire le meilleur des films avec ce qu’ils avaient. Ici, peu importe ce que ça coûte, l’argent coulera à flots, on fera n’importe quoi parce qu’on sait que ça marchera. Certes, ça a marché mais les déceptions ont été légion aussi.
Après le fabuleux braquage de Las Vegas, les hommes de Danny Ocean sont tous partis un peu partout dans le monde. C’est alors que Benedict, le propriétaire braqué des casinos, ré-apparaît, et demande à être remboursé du hold-up. Pour Danny, il faut monter un casse encore plus fou.
Et c’est flagrant qu’il s’agit là d’un film de potes qui se sont fendus la poire pendant tout le tournage, et c’est tout. Le script part dans tous les sens, rame à mettre en place une intrigue digne de ce nom et encore plus folle que celle du précédent film. On se lasse vite de tout ça, et quand arrive enfin le casse, et les coups de théâtre, on ne peut qu’être abasourdi par un tel gâchis. Au bout du compte, « Ocean’s 12 » est un des plus mauvais films de Steven Soderbergh, et rien n’y changera. Même pas cette édition DVD dite « Collector » et qui nous refait le coup d’un second disque rempli de 30 minutes de bonus dont la teneur ici confirme la première impression qu’on a du film. En effet, dans le making-of, on y voit Brad Pitt jouer le faussement modeste et concerné (comprenez que tout ce qu’il dit au troisième degré peut être pris au premier degré), les acteurs avouant que c’était une grande partie de plaisirs plus fous les uns que les autres, etc... Une réunion de copains dont seul semble absent Andy Garcia. Ensuite, les scènes coupées prouvent que peu importait ce qui était tourné, chacun se faisait plaisir, Soderbergh en premier, le budget était là sans, semble t’il, de limites ! Et voilà comment on en vient à définitivement être déçu par un film, surtout quand on a un excellent souvenir d’un premier opus. Une édition Collector un peu surnommée (comme pour « Troie » mais au moins, le film vaut bien plus que ce « Ocean’s 12 ») mais qui a le mérite de confirmer que ce projet n’a pas eu la même conception que son prédécesseur. Quand on dit que l’argent peut tout corrompre...

Stéphane Thiellement

Note : film : 3/10 DVD : 2/10 (copie excellente, format 2.35 image 16/9ème, vostf)
Bonus : making-of ; scenes coupées ; bande-annonce.



Retour au sommaire