SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Zipang 1-2

"Zipang 1-2 " de Kaji Kawaguchi

"Tu es né en 1982, tu ne peux pas mourir en 1942 !!! Ca ne colle pas !!"

Le Miraï batiment ultra-moderne de la flotte d’auto-défense japonaise est projeté à travers le temps plus de 60 ans auparavant, à la veille de la bataille de Midway. Les Japonais du XXI° siècle ont la possibilté de modifier l’histoire.
Voyage temporel en pleine guerre du pacifique, récupération à bord d’un Japonais de l’époque, reconnaissance aérienne, confrontation avec deux chasseurs Zéros : bref nous sommes en présence des éléments du film de "Nimitz, Retour vers l’enfer" (1). Mais à la différence du Nimitz le Miraï n’a pas de propulsion nucléaire, ce qui pose donc le problème du ravitaillement.
L’autre problème est la confrontation avec la flotte et l’aviation des deux camps en guerre : le Miraï a beau avoir le drapeau japonais et être par conséquent identifié comme tel par les Américains, sa forme ne ressemble à aucun batiment connu des Japonais, il ne peut qu’être ennemi aux yeux des Japonais de la seconde guerre mondiale. Par conséquent tout le monde leur est hostile.
Entre la volonté de ne pas modifier le passé et le problème de leur survie les Japonais du XXI° siècle réalisent qu’ils n’appartiennent pas au même système politique (sans commentaire l’auteur présente la vision du drapeau japonais avec celui de l’Italie fasciste et surtout de l’Allemagne nazie). En prime l’équipage du Miraï n’appartient pas à l’armée impériale mais à la flotte d’autodéfense, dont la règle première est de ne pas ouvrir le feu le premier, ce qui n’est pas le cas de leurs ancêtres.
Tout contribue à ce que l’équipage réalise que le Miraï est tout ce qui leur reste comme patrie (2).
Mais l’équipage du Miraï n’est pas le seul représenté. L’amiral Yamamoto pressent que ce navire mystérieux qui a été aperçu à Midway pourrait influer sur les évènements dans le Pacifique...voire dans le monde entier. De plus le Miraï a recueilli à son bord un officier de renseignement de la marine japonaise de 1942 qui se propose de réquisitionner du ravitaillement pour le Miraï en Indonésie. Il est accompagné à terre par un officier du Miraï car il est possible qu’il ait ses propres buts. Accessoirement c’est l’occasion de poser le problème de différences de mentalités. En effet le capitaine de la flotte d’autodéfense du Miraï a remarqué que cet officier de la flotte impériale est singulièrement différent de ses collègues d’un autre temps "lorsqu’on lui parle de patrie quelque chose dans son regard change".
Mais à terre ce sera l’occasion d’une rencontre avec un officier japonais de sa connaissance, qui n’aurait pas du se trouver à Singapour. En fait, il est à la recherche du mystérieux navire qui est apparu en plein milieu de la flotte attaquant Midway. L’Histoire a commencé lentement mais surement à changer.
Outre ce manga qui obtint le prix Kôdansha en 2002 et "Chinmoku no kantai", Kaiji Kawaguchi a réalisé, "Spirit of the Sun" (Tonkam) où le Japon est coupé en deux par un séisme, ainsi qu’ "Eagle" (à paraître chez J’ai Lu) qui relate la candidature d’un américain d’origine japonaise à la présidence des Etats-Unis.
Alors que l’impact de "Chinmoku no kantai" a été tel qu’il a été l’occasion d’un débat au parlement japonais, Zipang a été l’occasion d’une série animée et d’un jeu sur PS2 (tout comme d’ailleurs "Chinmoku no kantai").
Le voyage dans le temps est largement présent dans la science-fiction mais des oeuvres comme "Nimitz" ou "Zipang" présentent l’avantage de décrire un groupe de personnes avec leurs différentes opinions, disposant d’une grande mobilité mais également d’une puissance de feu considérable et surtout de la connaissance pour bouleverser le monde, tout en s’interrogeant s’ils doivent le faire.

(1) : film de 1980 avec Kirk Douglas & Martin Sheen, cf. la novellisation de Martin Caidin (J’ai lu n°1128). Il est à signaler que les Japonais ont réalisé leur propre version avec "Les guerriers de l’apocalypse" (1982) de Kosei Saito & Sonny Chiba où un groupe de soldats, marins et pilotes de la flotte d’autodéfense se retrouvait projeté des siècles en arrière avec leur armement moderne.
(2) cf. le manga "Chinmoku no kantai" (La flotte silencieuse) du même auteur où un sous-marin nucléaire japonais se déclare Etat indépendant (prix Kodansha 1990)

Damien Dhondt

Auteur : Kaiji Kawaguchi _ Zipang 1 & 2 _ Traduction : Thibaud Desbief _ Big Kana _ Inédit, poche, sens de lecture japonais 244p. 7,30 euros

Bienvenue sur le site Zipang !

Jeu vidéo Dessin Animé


Retour au sommaire