SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  M - R -  Siegfried ou l’or du Rhin



"Siegfried ou l’or du Rhin"
de
Jean Markale

Editeur :
Editions du Rocher
 

"Siegfried ou l’or du Rhin"
de Jean Markale



9/10

Siegfried (dans les premiers textes il était nommé Sigurd) se fit connaître grâce à Richard Wagner dans sa “Tétralogie“ intitulée “L’anneau du Nibelung“.
La tâche de Markale dans ce livre est de montrer d’une part que la légende de Siegfried est très ancienne et qu’elle puise aux mêmes sources de l’imaginaire que bien d’autres légendes « nordiques » : Tristant et Yseult, Parzival, Lancelot, Arthur...
Il est difficile de résumer la légende mais en quelques mots : Siegfried fut un guerrier invincible (muni de l’épée magique Balmung) car il se baigna dans le sang du dragon Fafnir après avoir dérobé le manteau d’invisibilité au nain Albérich. Il resta néanmoins vulnérable en un point du corps qui ne reçut pas le sang du dragon car recouvert d’une feuille d’arbre. Certaines versions parlent également du casque d’épouvante du dragon que Siegfried s’appropria mais n’utilisa jamais... Comme il donna des coups de main à tout le monde (et même, il aida le roi Gunther à réussir sa nuit de noces grâce au manteau d’invisibilité) il se mit à dos (c’est le cas de le dire) beaucoup de monde et l’infâme Hagen pour venger le roi le tua par derrière en plantant un pieu sur l’endroit vulnérable. Et ce n’est pas fini car la légende dure aussi longtemps après la mort de Siegfried qu’avant. Quand Siegfried a tué le dragon il s’est approprié son or et après sa mort Ghunter et Hagen l’ont volé et jeté au fond du Rhin car il portait malheur. Cela devint alors l’or du Rhin. Il y a aussi un anneau (si ! si !) qui permet de produire autant d’or qu’on veut, Siegfried l’a offert à “ses“ femmes...Mais cet anneau est maudit car il a été volé par le dieu Loki au nain Andvari et ce dernier prévoit qu’il doit entraîner la mort de deux frères... Je ne vous parle pas des Elfes, des navigateurs etc...
Voilà ! Tout cela ne vous dit rien ? Eh bien on a tous les ingrédients du Seigneur des Anneaux si on y ajoute quelques Trolls et autres légendes celtiques...
L’origine de cette légende viendrait de la rive gauche du Rhin, donc de France. Le fonds de population y était très mélangé et très ancien. Le cadre culturel de cette légende est Viking. Et sans trop développer, il faut savoir qu’il y eut bien des échanges culturels entre l’Irlande et la Scandinavie.
Cette légende comprend également l’initiateur, ici un forgeron magicien et une épée magique un jour brisée par Odin et reconstituée par le forgeron (ça ne vous rappelle pas quelque chose ?).
Enfin, il faut bien retenir que cette légende (comme celle de Tristan) provient d’un milieu païen et a été réécrite dans un contexte chrétien.
Bien sûr il faut ajouter aux personnages les dieux nordiques (tous mortels) : Odin qui sans cesse cherche de valeureux guerriers pour qu’ils soient recrutés une fois morts par les Walkyries pour se rendre au Walhalla afin de combattre l’armée des géants, c’est lui Odin qui donna l’épée magique puis la brisa, il y a aussi le méchant Loki qui vola l’anneau au nain.
Enfin pour conclure, car il faut bien s’arrêter, Siegfried est un héros de culture, un héros de civilisation, un homme-lune.... Oui car dans ces temps anciens et dans la langue viking lune est masculin et soleil féminin...
Enfin... peut-on lire tous ces romans de fantasy si faibles par rapport à ces somptueuses légendes ?...

Alain Pelosato

Siefried ou l’or du Rhin - - Jean Markale - Editions du Rocher - 252 pages 17 euros






Retour au sommaire