SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  Cité de la mort lente



"Cité de la mort lente "
de
Daniel Walther

Editeur :
Editions du Rocher
 

"Cité de la mort lente "
de Daniel Walther



9,5/10

Pour l’amateur d’une SF incisive, dérangeante, retrouver le nom de Daniel Walther sur une couverture est prometteur d’un grand moment de lecture. Cet auteur, qui a commencé dans les pages de la revue Fiction en 1965, jalonne avec des textes courts, entre nouvelles et novellas, une exploration des diverses formes d’intégrisme et martèle la nécessité d’une vigilance pour la défense de la liberté individuelle. Il s’ensuit des récits âpres, érudits où les clés, les codes et les métaphores ne sont pas toujours évidents. Ces nouvelles génèrent le malaise, voire l’angoisse, tant le conteur a le sens de l’atmosphère.
Fidèle à ses thèmes de prédilection, il nous invite, avec La Cité de la mort lente, à revisiter L’Aveu, à s’interroger sur l’avenir de l’homme dans une civilisation qui s’enlise dans le fanatisme religieux. Surtout quand celui-ci devient pouvoir politique et qu’il dispose donc de tous les moyens pour agir sur le corps et l’esprit de ceux qui refusent le moule, qui refusent par conviction, par entêtement, par principe du refus, par refus du bêlement et de l’état de mouton de Panurge.

Freddy Breslauer met le doigt dans le système de répression, dans un parcours vers le reconditionnement, lorsqu’il tente de draguer une fille dans un lieu public. Il écope de mille heures de travaux d’intérêt général, à effectuer sur le plateau d’Albion. Dans l’Europe blanche et chrétienne, il ne fait pas bon être juif, même seulement « demi-juif ». Dans le goulag, où il participe au montage d’une fusée géante destinée à emmener un équipage vers Mars, il se lie d’amitié avec un vietnamien, condamné lui aussi, plus pour l’appartenance à une race que pour des faits criminels. Pris en grippe par un gardien, Freddy est accusé du meurtre de son ami. Après une évasion manquée, il est enfermé dans une prison souterraine enchâssée au cœur des Alpes, peuplée seulement d’androïdes, d’êtres virtuels. Alors qui est Zuleyka, cette superbe fille ? Est-elle la concrétisation virtuelle de ses fantasmes ? Un être de chair ? Une nouvelle forme de torture ?

En cent dix-huit pages, Daniel Walther revient sur les appréhensions qui l’assaillent et qu’il veut nous faire partager. Il prend, comme cadre de son intrigue, les méthodes basiques, mais si efficaces, employées pour toutes les structures intégristes, dictatoriales et qui consistent en création de camps de travail, mise à l’écart des intellectuels, désignation de minorités ethniques comme bouc émissaire, etc. (Le catalogue est très fourni)
L’auteur donne, à ses personnages, l’accès à une sexualité débordante, faisant du livre de Farmer : Les Amants étrangers, une bluette pour très jeunes adolescents.
Cependant ce livre nous fait regretter la rareté des œuvres de Daniel Walther. Quel dommage qu’un pareil talent ne soit pas mieux mis en valeur !

Serge Perraud

Cité de la Mort Lente, Daniel Walther, Editions du Rocher, collection novella SF, avril 2005, 118 pages, 12,90 €






Retour au sommaire