SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Batman : Jeckyl hyde 1 (VO)

"Batman : Jeckyl hyde 1 (VO) " de Jae Lee - Paul jenkins

DC Comics - avril 2005 - 8/10

Batman est un personnage qui m’a toujours plu quand l’élément psychologique entrait en scène. Ainsi, le détective m’intéresse moins que l’homme hanté par son passé, sa mission, et ce qu’il est devenu. Quand il ne savait plus s’il était en réalité Bruce Wayne se cachant derrière une cagoule ou Batman se cachant derrière un masque humain, j’étais sous le charme. Quand Batman est présenté comme aussi dangereux que ses ennemis, vivant dans un monde qui lui est propre, avec ses règles qu’il impose finalement à ceux qui l’entoure, parce que les autres doivent se plier à sa vision, je n’en rate également pas une miette. Une mini série intitulée Jekyll and Hyde avait donc de quoi présenter ce que je recherchais principalement dans le personnage, et avec Jae Lee aux dessins, comment refuser l’invitation ?

Paul Jenkins met ainsi en scène le très torturé Two face, dont le côté humain disparaît peu à peu pour laisser la place au monstre qui l’habite. En parallèle, un produit semble rendre fous ceux qui ont été à son contact, qui se mettent dès lors à tuer et dévorer leurs proches. Le mal semble s’étendre, même jusqu’à Batman...

Ce premier épisode place rapidement l’intrigue, et l’action laisse la place au suspens, à l’ambiance, et à la terreur que suscite l’idée lancée par le scénariste : si nous avons en nous deux facettes, dont l’une que l’on garde enfermée à double tours dans un recoin de l’esprit, que se passerait-il si un produit pouvait inverser le processus et mettre aux commandes la facette qui ne doit absolument pas diriger l’individu ? Et le lecteur de se demander ce que va devenir Batman, s’il subit cette “ métamorphose ”... Est-ce l’homme qui sera le super héros, où l’entité dénuée d’humanité qui garde sa citée tel un redoutable Cerbère ? Un bon premier épisode qui laisse présager du meilleur pour la suite (mini série en six épisodes).

Grégory Covin



Retour au sommaire