SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Zatanna 1 : Seven Soldiers of Victory (VO)

"Zatanna 1 : Seven Soldiers of Victory (VO)" de Morrison et Sook

DC Comics - avril 2005 - 7,5/10

Ce que l’on oublie parfois, dans la bande dessinée, c’est la raison pour laquelle on a décidé de la lire. S’il y a bien évidemment les dessins qui jouent leur rôle conducteur, qui nous mettent au mieux au courant de la vision de l’auteur, c’est pour découvrir une histoire originale, triste ou drôle, ou tout simplement magique, que l’on a une bande dessinée entre les mains. Toute histoire cache un mystère : la raison pour laquelle elle a été écrite. Généralement, l’histoire débute avant même que le lecteur ne l’ait entamée ; quand il arrive, quand il tourne la première page, l’aventure a déjà commencé et le personnage principal tente de comprendre ce qui lui est arrivé, et donc ce qui va survenir dans les prochaines pages, entraînant le lecteur avec lui dans ses interrogations.

C’est ainsi que commence ce Seven Soldiers Zatanna 1 ; Zatanna nous conte une histoire, qui est la sienne, et qui va progressivement devenir la quête du lecteur. Elle a provoqué le déclic qui va déclencher la sonnerie de la fin du monde ; comment faire pour enrayer ce fléau, d’autant qu’elle a perdu ses pouvoirs ? Au lecteur de le découvrir.

Les dessins de Ryan Sook sont très expressifs et détaillés, et nous transportent en quelques cases dans l’univers ensorcelé de Zatanna. Morrison, quant à lui, fait le reste. D’abord peu concerné par l’histoire et les déboires de la belle, on se prend vite au jeu et on tente de comprendre, à ses côtés, la manière d’arranger les choses. Si cela est bien sûr possible... On le découvrira dans le second numéro.

Grégory Covin



Retour au sommaire