SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  G - L -  L’Agonie des sphères



"L’Agonie des sphères"
de
Guillaume Lebeau

Editeur :
J’ai lu (9 mai 2001)
 

"L’Agonie des sphères"
de Guillaume Lebeau



+++


Lac Baïkal, 4 octobre 1957 : une unité des forces spéciales soviétiques emballe un cadavre dans une bulle en plastique et élimine tout témoin. New York, 3 mai 1999 : Howie Bernstein, glandeur patenté amateur de rock et hacker doué, entre en contact avec le mystérieux Janus, l’oracle du web. À partir de là, Howie se connecte sur www.grosemmerdes.com : appartement pulvérisé, chasse à l’homme façon Comte Zaroff en modes virtuels aussi bien que réels, le héros va devoir enquêter en aveugle sous la direction de Janus, pour sauver sa peau et l’humanité telle qu’on la connaît, jusqu’au final déroutant et salement pessimiste.


Demain sera un autre jour, disait Scarlett O’Hara. Espérons qu’elle ait raison, car le réel décalé décrit par Guillaume Lebeau n’a franchement pas de quoi nous emballer. NSA, CIA, gouvernements de l’ombre et scientifiques tarés, manipulations génétiques, liberté purement et simplement effacée comme un programme inutile, Ils sont là, mais ce ne sont pas des petits gris sur le plateau de Jacques Pradel qu’on peut déglinguer à coups de mandales. L’Agonie des sphères relègue la conspiration de X-files au rang de fête d’anniversaire surprise. Une sorte de Meilleur des mondes, si Aldous Huxley écrivait aujourd’hui, et sous acides (c’est ce qu’il faisait ? ah, bon...). Rares sont les jeunes auteurs francophones qui ont su aborder la techno-parano à la manière de William Gibson sans se casser les dents. Guillaume Lebeau y arrive parfaitement en associant théorie du complot, guerres du Net et anticipation ultra réaliste. Pas de quoi rire en refermant le livre, ou alors de soulagement : comme quand on se coupe un doigt et que la main aurait pu y passer.


L’Agonie des sphères, Guillaume Lebeau. J’ai Lu. 254 p.


Xavier Mauméjean






Retour au sommaire