SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  M - R -  Quand la marabunta gronde (The naked jungle)
"Quand la marabunta gronde (The naked jungle) "
de Byron Haskin
 

Avec Charlton Heston, Eleanor Parker
Paramount Vidéo

Après « La Guerre des mondes », voici la réédition d’un autre classique du Fantastique signé du duo Pal-Haskin. Sous des airs de serial (ces histoires d’aventures dans des lieux exotiques avec héros parfait), il est surtout question ici d’une love-story en pleine jungle sud-américaine entre un riche propriétaire terrien qui attend sa future épouse rencontrée par correspondance (un truc à la « Sirène du Mississippi »). Cette dernière arrive, découvre que Christopher, son élu donc, a les traits vigoureux et très « mâle » de Charlton Heston, ce colosse blond-roux des années 50, immortalisé dans le 7ème Art avec « Ben-Hur », « La planète des singes » et qu’en même temps que se noue leur idylle (soit à peu près la moitié du film...) de redoutables fourmis tueuses, assez grosses, dévastent tout sur leur passage. Et le domaine de Christopher est en plein milieu de leur progression.
Suspense intolérable, effets spéciaux stupéfiants, scènes gores ? Que nenni ! Encore un film dont le souvenir dans nos mémoires d’enfant restait cette armée de fourmis. Et aujourd’hui, quand on les voit, on demeure stoïque. Charlton Heston les observant aux jumelles, ça vaut quelque chose. Ce dernier vantant les qualités des Mayas alors que Michael Moore nous l’a montré sous son vrai jour dans « Bowling for Columbine », difficile à croire. Mais le gros problème du film vient de son rythme lent et quand même assez inintéressant quant aux relations qui s’établissent entre Heston et sa future promise. Encore un classique qui se voit remis au niveau qu’il mérite,, à savoir un petit film d’aventures, sauvé de la médiocrité par sa dernière demi-heure qui rentre enfin dans l’action et le suspense, sans pour autant non plus éviter parfois un certain ridicule. Pour les nostalgiques d’un Heston de la Grande Epoque et les amateurs des serials, « Quand la marabunta gronde » peut encore s’apprécier ; pour les autres, ce sera dur.

Note : film : 2/10 DVD : 1/10 (copie bonne, format 1.33, image 4/3, vostf)
Bonus : nada.

Stéphane Thiellement



Retour au sommaire