SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Dead birds
"Dead birds"
de Alex Turner

Avec Henry Thomas, Patrick Fugit, Nicki Aycox Michael, Shannon Muse Watson
Columbia TriStar Home Vidéo

Attention, enfin un très bon inédit. Ce n’est pas une blague, de tous les inédits traités dans ces nouveautés de mai, « Dead birds » est une excellente surprise, pas parfaite certes mais au vu des autres, c’est le « Shining », « La malédiction », « Les autres » de la sélection. Et pourtant, il est écrit par le scénariste d’un bon nanar, le pathétique « Frankenfish ». On n’y croyait plus !
A la fin du 19ème siècle, une bande de soldats confédérés devenus hors la loi braque une banque et font un massacre. Ils trouvent refuge dans une vieille plantation qui va progressivement livrer ses plus horribles secrets et devenir pour chacun d’eux son tombeau.
Hé oui, chose incroyable, il s’agit d’un western horrifique. Passé ce premier choc, « Dead birds » plonge dans un braquage à la Peckinpah pour s’enfoncer par la suite dans une terreur faite de revenants, de démons et de sorcellerie. Les hommes sont transformés en hybrides étranges dépourvus d’yeux, les apparitions révèlent la folie du propriétaire de la plantation avec ses esclaves, etc... Quelques scènes gores du plus bel effet viennent étayer un scénario dont la seule faiblesse est de manquer d’ambition, puisque « Dead birds » ressemble à la fin (qu’il n’y a pas vraiment...) à un épisode de « La quatrième dimension ». Seconde faiblesse, une réalisation qui manque d’un peu plus de maîtrise et d’originalité, deux qualités qui auraient pourtant amélioré le résultat final.
Autrement, « Dead birds » (la raison du titre se situe au début du film où un type marche sur un oiseau mort ; initialement, il devait y avoir des milliers d’oiseaux morts mais bon, le budget ne permettait pas tout...) se révèle un bon petit shocker, suffisamment surprenant et terrifiant pour satisfaire tout amateur du genre. Maintenant, cette édition DVD est très riche, avec surtout un making of relatant bien les difficultés à monter le projet (dans le commentaire audio du réalisateur, on apprend que le budget était d’un peu plus d’un million et demi de dollars !), à concrétiser des idées (surtout celles des monstres !), à enfin tourner, à espérer qu’un minimum de succès sera au rendez-vous, le tout s’achevant par la première au Festival de Toronto. Tout cela nous confirme que lorsqu’on est passionné, même avec un budget aussi riquiqui, on peut obtenir un bon petit shocker qui fait du bien à découvrir quand on voit tous ces mauvais gros films d’horreur et d’épouvante qu’on nous balance à grands renforts de millions de dollars, comme « Le cercle 2 », « The grudge », et d’autres qui ne sauraient tarder, et qui ne procurent plus rien du tout. Mais si vous voulez être étonnés, retrouver de bonnes vieilles peurs, alors « Dead birds » est pour vous.

Note : film : 7/10 DVD : 8/10 (copie excellente, format 1.85 image 16/9ème compatible 4/3, vostf)
Bonus (vostf) : commentaire audio du réalisateur, du scénariste et des acteurs ; scènes coupées commentées ou non dont fin alternative ; documentaire sur le making-of du film ; bande-annonce.

Stéphane Thiellement



Retour au sommaire