SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No106
106
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Card player
"Card player"
de Dario Argento


Avec Stefania Rocca, Liam Cunningham, Silvio Muccino
Columbia TriStar Home Vidéo

Tout fantasticophile qui se respecte possède dans sa DVDthèque au moins un film de Dario Argento, Maître (à l’époque, vous allez comprendre pourquoi...) de terreurs italiennes comme « Suspiria », « Inferno », « Les frissons de l’angoisse », « Ténèbres », « Opéra », pour les meilleurs sortis, et « Phenomena », « Trauma », et le dernier acceptable « Le sang des innocents » qui amorçait quand même la chute du Maestro. Avec son dernier, là, difficile de croire qu’on a un film signé du même Argento. Demeuré logiquement inédit en salles, le voici qui sort en vidéo. Et là, c’est la claque tant « Card player » est un mauvais giallo, un très mauvais Argento qui arriverait à rehausser la qualité de son « Fantôme de l’opéra », c’est dire !
A Rome, une touriste est kidnappée. Le tueur s’adresse à la police via le Net pour jouer la vie de sa victime au poker virtuel. A chaque coup gagnant, il mutile sa victime. Au bout de trois, il la tue. Si la police fait 3 coups gagnants, il la libère. Anna, inspectrice aidé d’un flic britannique, John, va tenter de déjouer les plans machiavéliques du psychopathe.
Cela aurait pu être un giallo à la Argento, du niveau d’un « Oiseau au plumage de cristal », « Le chat a neuf queues », « Ténèbres ». Il n’en est rien. Tous les meurtres sont filmés hors champ lors des duel de poker via une webcam. On passe un temps fou à visionner d’insipides coups de poker sur ordinateur, générant aucun suspense et répétant inlassablement une séquence similaire vue 15 minutes plus tôt. Aucune ambition esthétique n’est donnée à l’histoire, aucun effet gore meurtrier comme on s’attendait à en avoir. Seuls les plans d’autopsie des cadavres rappellent un peu un Argento qui n’est même plus l’ombre de lui-même mais carrément son souvenir, plans en plus inspirés par les autopsies de Jodie Foster sur les victimes dans « Le silence des agneaux ». On retiendra aussi un meurtre surprise par une porte piégée. Mais ces quelques séquences ne peuvent aucunement racheter un tel naufrage qui pourrait s’apparenter à un épisode corsé d’un « Commissaire Moulin » ou d’un « Derrick ». A la surprise générale, le film marcha bien au box-office italien, remettant ainsi Argento sur les rails. En même temps, cela cautionne son plus mauvais film, ce qui ne laisse rien présager de bon pour les suivants. En attendant, il faut voir « Card player » pour réaliser à quel point le Maître de l’horreur transalpine n’est plus. Et si vous en doutez encore, regardez le making-of où, le plus sérieusement, du monde, il vend son film comme un retour aux sources, à la Grande Epoque ! On reste sans voix...

Note : film : 1/10 DVD : 3/10 (copie bonne, format 1.85 image 16/9ème compatible 4/3, vostf)
Bonus (vostf) : bande-annonce ; making-of.

Stéphane Thiellement



Retour au sommaire