SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  DERM : T.1 - Ali Tatoo

"DERM : T.1 - Ali Tatoo" de Éric Stoffel et Yann Valéani

9/10

L’entrée en scène des différents acteurs du drame est très rapide. C’est ainsi qu’en quelques pages, nous faisons la connaissance de deux responsables aux propos sibyllins, de Nil qui travaille avec Ali, un tatoueur en fauteuil roulant, de Clegg et de Al, l’ancien champion de boxe et son petit robot familier, reconvertis comme enquêteurs pour Webb un chef d’une police de la mégapole d’Amratha, de Mina de la Sainte Garde qui engage un combat à mort contre un Sheï-Tan, de sa sœur Milena, des nomades-sédentaires, des castes rivales des Amazones et de l’Ordre des Visions, etc.
Tout de suite, nous sommes plongés au cœur de l’action dans une colonie spatiale, aux confins de l’univers. Mina est tuée et son âme, capturée, devient une encre à tatouage pour le visage de cet étrange guerrier. Nil, en rentrant après avoir accompagné la jolie cliente sur laquelle il travaillait, trouve Ali mort, vidé de sa substance. Milena veut venger la mort de Mina. Les combats violents, destructeurs se succèdent avec pour toile de fond cette interrogation : les extra humains, jusque là inconnus, ont-ils débarqué ?

À ma connaissance, c’est la première fois que le tatouage, devenu un banal accessoire de décoration, entre comme un élément structurant dans un scénario. Il faut savoir que Yann Valéani, co-scénariste et dessinateur, a exercé quelque temps le métier de tatoueur et qu’il sait donc de quoi il parle. Les auteurs ont organisé leur récit en de nombreux parcours croisés dans un espace et dans un temps réduits, mettant en pratique les célèbres unités de temps, de lieu et d’action chers aux « grands classiques ». Il en résulte une trame narrative très dynamique, une tension romanesque constante. Cependant, il ne faut pas se laisser dérouter par le déferlement d’informations qui se croisent, s’enchevêtrent au début. Mais il faut apprécier à sa juste valeur la scène où les personnages qui se croisent à un carrefour de couloirs, croisent également les dialogues.
Le dessin et le cadrage renforcent la tonicité de l’histoire. Le mouvement est bien rendu, les scènes de combat sont impressionnantes. Les personnages sont bien campés et les décors sont à la hauteur de l’ensemble.
À la fin de ce premier tome trépidant, le lecteur a plus de questions que de réponses. On attend donc la suite avec impatience, car Ali Tatoo inaugure un cycle qui démarre bien.

Serge Perraud

DERM : T.1 - Ali Tatoo, Scénario d’Éric Stoffel et Yann Valéani, dessin de Yann Valéani, Delcourt, collection Néopolis, mars 2005, 48 pages, 12,50 €



Retour au sommaire