SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  JLA Extinction

"JLA Extinction" de Kesel, Immonen, Marz, McKone

7/10

"Le temps presse ! Votre monde va mourir ! Le mange-soleil arrive !"

Le soleil a disparu, les températures baissent, les pouvoirs de Superman s’affaiblissent et Lex Luthor se pose en sauveur de l’humanité. De toute façon la Terre est destinée à subir le sort de la centaine de mondes habités ayant croisé la route du mange-soleil : la destruction.
La saga "Final Night" affecta l’univers de DC Comics en 1996 (1) et en modifia certains aspects et personnages. A partir d’une bonne idée il suffisait de la traiter correctement,...malheureusement ce ne fut pas le cas.
Tout d’abord on observe que Starfire est incapable de déchiffrer le langage de Dusk or dans les épisodes des New Teen Titans (Aredit) nous avons découvert qu’un simple contact physique pouvait lui permettre de connaître le langage d’autrui (Robin avait apprécié le contact physique). Soit elle a perdu son pouvoir, soit Karl Kesel l’a oublié.
Il semble qu’il ait tout fait pour assurer une certitude d’anéantissement y compris chez les super-héros. La présence à leur époque de la Légion des super-héros dont les membres sont nés un millier d’années après le désastre supposé devrait les rassurer. Et bien non, les super-héros sont toujours persuadés que la Terre va disparaître. Ils se demandent même si le Soleil existe toujours (autour de quoi la Terre tournerait-elle ?).
Alors qu’il ne reste plus aucun espoir il est décidé de ne pas procéder à l’évacuation vers un autre monde. Pourquoi ? D’abord il n’y a pas assez de vaisseaux spatiaux. Logique, cependant il reste l’utilisation massive de la sorcellerie mais elle serait refusée par la droite religieuse conservatrice. D’accord pour les USA, mais le reste du monde (dont je fais partie) apprécierait d’être sauvé par l’action de super-héros disposant de super-pouvoirs occultes (mais DC Comics a décidé que le reste de la population mondiale doive disparaître avec celle des USA). Il reste la technologie de téléportation du boom-tube présente dans cette saga mais que personne n’envisage pour le transport des personnes.
La publication (tardive) de cette saga nous éclaire sur certains évènements historiques mais également sur l’aspect très médiocre du scénario de Kesel. Le contraste avec l’épisode scénarisé par Ron Marz (Crossgen) saute aux yeux lorsqu’il exploite à fond le potentiel de Parallax alias Hal Jordan, le premier Green Lantern (rappelez-vous "En plein jour et dans la nuit noire...").

(1) cf. dans les derniers Strange les épisodes de Batman et de Sovereign Seven

Damien Dhondt

Scénario : Karl Kesel & Ron Marz, Dessin : Stuart Immonen & McKone, Encrage : José Marzan Jr, Mark Mc Kenna, Couleurs : Lee Loughridge, Patricia Mulvihill, John Kalisz _ Episodes originaux : Final Night #1 à #4 Parallax : Emerald Night #1, Traduction Nicolas Meylaender _ Semic B.O.O.K.S. (avril 2005)_ Inédit, moyen format, couleurs, 144p. 13,90 euros



Retour au sommaire