SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  M - R -  Les Papillons du Mal



"Les Papillons du Mal"
de
Graham Masterton

Editeur :
Presses de la Cité - (3 décembre 2003)
 

"Les Papillons du Mal"
de Graham Masterton



++++


Qu’il est bon de voir que certains auteurs sont encore capables de se renouveler, tout en continuant d’évoluer dans l’univers qui leur est propre. Avec Les Papillons du Mal (un titre français qui fleure bon le n’importe quoi...), Graham Masterton nous offre une vision différente de ces habituelles et passionnantes intrigues à base de démons anciens et de meurtres repoussants.


Le lecteur fait la connaissance dans ce roman de Bonnie Winter, une Américaine moyenne, affublée d’un mari paresseux et bas de plafond (d’ailleurs, dans toute l’histoire, la charge contre la gente masculine est plutôt hilarante...) qui s’est créée un job plutôt original. Elle nettoie des scènes de crimes après le passage de la police, des médecins légistes et d’autres enquêteurs de ce type. Tâches de sang, humeurs corporelles incrustées dans les parquets, débris organiques en tout genre, Bonnie sait comment les faire disparaître afin de rendre aux maisons et appartements un semblant de “normalité”.


Attaché au destin de cette femme pas comme les autres, Masterton tisse peu à peu une “intrigue” au cœur de laquelle il injecte des éléments bien connus de son univers (comme les agissements d’une créature mythique, venue du folklore mexicain) mais sans jamais entrer de plein dans un surnaturel démonstratif comme celui de Manitou ou du Maître des Illusions. Les Papillons du Mal flotte dans une atmosphère de doute, de peur et de mal être essentiellement parce que nous vivons toute l’histoire, sans exception, au travers des yeux de Bonnie. Femme attachante, courageuse, marquée par la vie, ce personnage féminin fort (peut-être un des plus forts que Masterton ait jamais créé et dont la ressemblance “physique” avec la femme de l’auteur est étonnante !) nous entraîne sans mal au-delà des apparences, des clichés et des conventions pour finir par nous bouleverser par sa candeur et son jusqu’au-boutisme.

Un excellent roman, au style concentré mais terriblement efficace, qui mérite de toucher un public beaucoup plus large que celui de la “simple” terreur.

Les Papillons du Mal, Graham Masterton. Presses de la Cité (Collec. Paniques). Traduction : François Truchaud. 222 p.

Christophe Corthouts






Retour au sommaire