SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Anamorphose : T.1 - Stella

"Anamorphose : T.1 - Stella" de Froideval et Francard

8/10

Stella est une accorte hôtesse sur un vaisseau de ligne stellaire. Une attaque de pirates ouvre une brèche dans la coque. Si Stella réussit à ne pas être aspirée par le vide et enfiler un scaphandre, elle ne peut éviter la capture. Prisonnière, elle est destinée à l’usage exclusif du Capitaine, qui a une réputation d’homme à femmes. Mais... Quelque temps après, alors qu’elle visite la base guidée par Zeult, le bras droit du chef pirate, elle est attaquée par une colossale matrone. Elle réagit d’instinct et se découvre une technique de combat très efficace. Au fur et à mesure de l’avancement de l’intrigue, elle révèlera des compétences et des dons divers et variés. Car les péripéties ne manquent pas. La flotte de l’Alliance, attaque le repaire. Seule Stella et deux pirates peuvent s’enfuir. En route, ils sauvent le capitaine dans son vaisseau en panne. Réfugiés sur Neutral Point, une base artificielle, ils sont traqués par des agents spéciaux Médicops.
La succession des aventures révèle une autre Stella, qui est tout, sauf ce qu’elle est censée être car anamorphose, en zoologie, désigne « un type de métamorphose où la larve naît avec un nombre de segments différents de celui de l’adulte, qu’elle acquiert ultérieurement. »

Froideval est universellement connu, dans l’univers de plus en plus large de la BD, comme le créateur de la mythique saga : Les Chroniques de la Lune Noire. (Réédition entamée par Dargaud, dès le mois de juin 2005 NDLR) Avec cette nouvelle série, il délaisse le fantastique pour aborder la SF et le space opera, revenant à ses premières amours, quand il concevait des jeux pour Infogrammes ou Cryo. Il construit un scénario « plein de bruit et de fureur » mais laissant une grande place à l’humour. La nature des personnages, leur caractère, le milieu dans lequel ils sont placés, lui permet de développer nombre de scènes de « Baston ». Et... il ne s’en prive pas ! Habituellement, dans le premier album d’une série l’action débute doucement prenant le temps de la mise en place. Ce n’est pas le cas avec Stella, bien que, malgré le parcours dynamique des héros, il reste nombre de questions sans réponses.
Le scénario est soutenu de belle façon par le dessin efficace de Francard. Ce dessin est valorisé par une mise en scène dynamique, un travail certain sur le mouvement, sur la gestuelle des personnages et sur leur profil physique. S’il sait dessiner des formes exquises, il montre qu’il sait maîtriser des formes plus épanouies. Au-delà d’une première approche, il propose des planches de vues stellaires que ne renierait pas un Philippe Druillet. Bref, un premier album prometteur à prendre, pour l’instant, au premier degré pour l’action et le dynamisme.

Serge Perraud

Anamorphose : T.1 - Stella, scénario de François Froideval, dessin de Francard, Dargaud, janvier 2005, 48 pages, 13 €



Retour au sommaire