SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  G - L -  Les lions d’Al-Rassan



"Les lions d’Al-Rassan"
de
Guy Gavriel Kay

Editeur :
J’ai Lu
 

"Les lions d’Al-Rassan"
de Guy Gavriel Kay



09/10

L’Al-Rassan, jadis glorieux et resplendissant, n’est plus que l’ombre de ce que les poètes chantent encore. Ce pays, anciennement appelé l’Espéragne, est divisé en cités-états depuis l’assassinat du dernier khalife. La discorde règne entre les différentes ethnies qui s’y côtoient : les Asharites, descendants des conquérants venus du sud, qui prient les saintes étoiles d’Ashar ; les Jaddites, premiers habitants de l’Espéragne, pieux défenseurs de Jad, le Dieu-Soleil ; et les Kindaths, peuple d’errants, constamment persécutés.
C’est en ces temps troublés, au sein de ces terres de légendes, que vont se rencontrer trois personnages que tout oppose : Jehane Bet Ishak, fier médecin kindath ; Rodrigo Belmonte, chef d’une troupe de mercenaires jaddite ; et Ammar Ibn Khairan, poète et spadassin asharite, celui-là même qui assassina le dernier khalife d’Al-Rassan.
Alors que les rois du nord préparent la reconquête sur fond de guerre sainte, les destinées de ces trois êtres vont s’entremêler pour tenter de changer l’Histoire, et ainsi préserver du chaos et de l’obscurantisme la beauté déclinante d’Al-Rassan.

Avis à tous les inconditionnels des aventures « tolkiennesques » des précédents romans de Guy Gavriel Kay : passez votre chemin, ce livre n’est pas pour vous !
En effet, plus proche du roman historique que de la high fantasy classique, ce livre nous invite à pénétrer dans un univers différent mais néanmoins familier... Métaphore à peine voilée de l’Espagne au temps du déclin de l’Empire mauresque, on y retrouve - sous des noms différents - les trois peuples principaux : arabes, juifs et chrétiens ; et même un Cid convaincant en la personne de Rodrigo Belmonte.
Ici pas de magie, de dragons, ni de fées, juste le souffle épique de l’aventure, juste l’émotion face aux liens très forts qui unissent ces trois personnages, juste le plaisir subtil de s’immerger dans un monde délicat et ciselé... La guerre n’y est pas non plus le propos principal (comme c’est le cas notamment dans la saga du Trône de fer, de George R.R Martin, qui ressemble à ce roman par certains aspects), mais bien la psychologie humaine face aux évènements qui y conduisent.
Considéré par beaucoup comme un chef-d’œuvre de la fantasy, Les lions d’Al-Rassan est assurément le meilleur livre de Kay, et ce, malgré quelques passages un peu longs et verbeux.
Il faut dire que l’excellente traduction de la grande Elisabeth Vonarburg est aussi pour beaucoup dans la qualité littéraire du roman.
Ce petit pavé (730 pages) est donc à conseiller à tous ceux qui, comme moi, sont fatigués de lire toujours les mêmes histoires cul-cul d’elfes, de fées et de magiciens...

A noter : dans une interview donnée fin janvier au magazine américain Variety, le réalisateur-producteur Edward Zwick (Le Dernier samouraï) confie qu’il réalisera très bientôt pour la Warner l’adaptation des Lions d’Al-Rassan, sur un scénario de Vera Blasi (Woman on top - beurk !). Aucune nouvelle pour l’instant quant au casting.
Vu que G.G. Kay n’a un droit qu’un infime droit de regard sur le film, aurons-nous une nouvelle fois le malheur de voir un chef-d’œuvre massacré par un tâcheron ?

Nicolas Barret

Les lions d’Al-Rassan, Guy Gavriel Kay, J’ai lu - Fantasy, trad. de l’anglais par Elisabeth Vonarburg, couv. de Gilles Cornu, 730 p., 9,50 euros.






Retour au sommaire