SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Empire

"Empire" de Waid, Kitson

9/10

"Seigneur Golgoth, pitié ! Vous ne pouvez pas me renier...J’ai une femme...un jeune enfant...prenez-les !"

Toute la Terre a été conquise, aucun super-héros n’a survécu aux armées de Golgoth. Les maigres poches de résistance dans le monde sont éliminées les unes après les autres. Le seul pays encore libre est...le Groenland (on ne rigole pas).
Dans la plupart des comics, les super-vilains mégalomanes ne parviennent jamais au pouvoir. Mais si tous les super-héros ont succombé il ne reste plus au monde qu’à l’accepter ou à mourir dignement. Le scénariste aurait pu s’intéresser à la résistance, mais il a préféré décrire le premier cercle du pouvoir de la tyrannie.
Voici par ordre d’apparition :

- Tumbrill le ministre de la Discipline adorant son boulot (la torture)
- Luculllan ministre de la Guerre ( collectionnant les têtes des gouvernants vaincus)
- Kafra ministre de l’Information ( il la révèle mais surtout la manipule)
- Xanna la ministre des Exécutions ( Maitre-Assassin)
- Valpurgis ministre de la Religion ( pratiquant dans son confessional des activités que la morale et la décence réprouve)
- Grieze la ministre des Expéditions ( la logistique est le dieu de la guerre)
- Lohkryn ministre de l’Espionnage ( qui vient d’éliminer son prédécesseur)
L’obéissance et l’efficacité des ministres repose sur l’Eucharistie, une drogue bénie par le ministre de la religion, décuplant les capacités de ceux qui en prennent et distribuée lors d’une cérémonie religieuse.
Eliminant personnellement opposants et traîtres, le seul rayon de soleil de Golgoth est Delfi sa fille adorée de seize ans qu’il protège de ses ennemis comme de la réalité.
Vu de l’extérieur tout va bien pour le régime de Golgoth : ses ministres sont d’une loyauté sans faille, sa fille est pure et préservée, aucune menace ne se dresse devant lui, l’obéissance repose sur un produit chimique synthétique, Endymion le super-héros défenseur de l’Amérique a été tué des mains même de Golgoth. Mais, et si tout était faux ?
La peinture du Mal absolu doit être nuancé. On découvre à l’intérieur même du cercle du pouvoir ce qui pourrait bien être une histoire d’amour. Xanna veut à tout prix découvrir la source de l’Eucharistie (curiosité poussée à l’extrême ou volonté d’indépendance ?) et lorsqu’elle le découvre le maitre-assassin est bouleversée. La seule fois où on la verra sourire c’est quand elle s’entrainera avec son amie Grieze (en s’amusant lors d’un exercice d’assassinat simulé). L’un des ministres propose d’aider la résistance (et peut-être est-il sincère ?). Mais la plus grande surprise vient d’où on ne l’attendait vraiment pas. Pour quelle motivation un tel sacrifice est-il possible ? L’idéalisme ? Mais la multiplication des apparences au cours de l’histoire fait qu’il est impossible de discerner la vérité. Et puis rappelons les paroles de Mark Waid "Il n’y a pas de super-héros dans cette histoire, juste des sales types plus ou moins sympathiques."
Les méthodes employées par Golgoth rappellent celles de Ra’s Al Ghul dans "Tour de Babel" (1). La subtilité l’emporte sur la force brute. Ici la conquête a été permise par la manipulation de l’information, la propagande, la logistique, le contrôle des sources d’énergie, l’instrumentalisation de la terreur, la seule supériorité technologique avant l’apparition de l’Eucharistie a été la téléportation qui permettait de réaliser des attaques précises sur les endroits les plus sensibles et les plus vulnérables.
Commencée sous le label Gorilla (2) et poursuivie chez DC il s’agit d’une BD hors-norme. Le seul reproche que je pourrais faire concerne les illustrations. Les dessins cleans de Barry Kitson et le choix de couleurs chaudes par les coloristes ne correspondent pas à la description d’un univers glauque à l’atmosphère oppressante (3) .

(1) scénarisée par Mark Waid on y voyait la neutralisation des des populations par la disparition des langages parlés et écrits et des héros de la JLA par des attaques spécifiques
(2) Après "Shockrockets" & "Tellos", Empire" est la troisième série créée dans le cadre de Gorilla qui parait en France
(3) comparez "Empire" avec "Star Wars L’Empire des ténèbres" dessiné par Sam Kennedy et scénarisé par Tom Veitch (Dark Horse)

Damien Dhondt

Scénario : Mark Waid, Dessins : Barry Kitson, Encrage : James Pascoe, Couleurs : Alex Bleyaert, Chris Sotomayor _ Episodes originaux Empire #0,#1,#2, Empire mini-série #1 & #2 (Traduction Alex Nikolavitch Racucina) _ Empire n°1 _ Semic B.O.O.K.S. (février 2005) _ Inédit, moyen format, couleurs, 112p. 10, 90 euros



Retour au sommaire