SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  G - L -  Les Mines du roi Salomon



"Les Mines du roi Salomon"
de
Sir Henry Rider Haggard

Editeur :
Terre de Brume
 

"Les Mines du roi Salomon"
de Sir Henry Rider Haggard



10/10

Ce roman est un des classiques en matière de littérature de l’imaginaire, un des livres fondateurs du genre. Son écriture a été motivée par le succès de L’Île au Trésor de Stevenson, (paru en 1883). Ces deux textes ont été la source d’une quantité incroyable de romans et d’autres formes de création comme le film, la BD... Certaines de ces créations s’en sont simplement inspirées alors que d’autres les ont copiées, pillées allègrement, arrivant à des ersatz infâmes.
Pour mesurer tout l’intérêt de l’édition qui nous est proposé par Terre de Brume avec le présent volume, il faut savoir que ce texte, depuis sa première publication en1885, puis sa finalisation en 1905, n’a jamais été correctement ni complètement traduit en français. La première édition en 1888 est plagiat pur et simple. La seule version « correcte » est celle publiée par Tallandier en 1926. Et encore, elle est partielle ! Donc, on découvre, en français, en 2005, (enfin !) l’intégralité de la première aventure d’Allan Quatermain. Il aura fallu un siècle !
Celui-ci n’est pas le fringant héros popularisé, par exemple par le cinéma, entouré d’exploratrices toutes plus belles les unes que les autres. En 1885, lorsqu’il émerge de l’imagination fertile d’un jeune homme au nom de Henry Rider Haggard, il a déjà plus de cinquante ans, âge qui, pour l’époque, le classait dans la catégorie patriarche. Il n’a rien d’un aventurier. Il est d’un naturel timide, voire peureux et les seules femmes qui traversent le récit sont Gagool, une affreuse et redoutable sorcière sans âge et Foulata, la belle indigène, qui s’éprend d’un de ses deux compagnons de route. Les Mines du roi Salomon exalte les valeurs masculines, comme il sied aux livres qui entrent dans la catégorie des boy’s books, ouvrages pouvant être lus et contribuer à l’éducation des futurs administrateurs de l’empire britannique.
Tout le monde connaît quelques bribes de l’histoire : Quatermain est recruté par Sir Henry Curtis, un colosse accompagné par le capitaine Good, pour retrouver son frère parti sans retour sur la piste de la fortune. Quatermain est un chasseur qui connaît la légende de ces mines fabuleuses, il a même eu le plan d’accès entre les mains. Il accepte de partir par fatalisme, parce qu’il n’a pas fait fortune, qu’il arrive en fin de carrière et qu’il voit l’occasion d’assurer à son fils les moyens de finir ses études de médecine à Londres.
Pour apprécier pleinement la richesse et la vigueur de ce récit, il est nécessaire de se mettre en état d’amnésie partielle, oublier ce qu’on a pu lire ou voir sur le sujet, pour se replacer dans la situation du lecteur de 1905. Et une fois encore la magie de ce texte opère. On est transporté par les différentes péripéties, par la force narrative, par la capacité novatrice de l’intrigue et le charisme de ces personnages entrés, depuis, dans la légende. Il faut aussi « accepter » les idées véhiculées, bien que Hoggard fasse siennes les théories philosophiques du « colonialisme éclairé », comme une page d’Histoire et un témoignage de la vie en Afrique à la fin du XIXème siècle. Les annotations et réflexions sur le dentier du capitaine sont significatives de cet intérêt.
Il faut saluer le travail de l’éditeur sur le texte et l’excellente idée de reprendre trente des trente-deux compositions de W. Russel Flint qui illustraient l’édition de 1905. Tout concourt donc à faire de ce volume un ouvrage remarquable, à lire absolument pour découvrir enfin ce classique dans son intégralité.

Serge Perraud

Les Mines du roi Salomon, Sir Henry Rider Haggard, Terre de Brume, collection Terres Mystérieuses, janvier 2005, 324 pages, 19 €

Note d’Alain Pelosato
Ce livre est disponible en ebook gratuit sur le site :
www.ebooksgratuits.com

Mais cette édition e-book est très édulcorée car c’est une version qui ne comprend que 50 % du texte original






Retour au sommaire