SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  G - L -  La Porte rouge



"La Porte rouge"
de
Dean Koontz

Editeur :
Fleuve Noir
 

"La Porte rouge"
de Dean Koontz



8/10

Spencer Grant est un écorché de la vie. Son père était un tueur psychopathe qui fut arrêté grâce à Spencer une nuit de ses 14 ans. Mais que s’est-il passé cette nuit là derrière la porte rouge de la tanière de son père ? Spencer ne le sait plus. Après avoir été flic, il laisse s’écouler sa vie racontant ce qu’il se souvient de sa malheureuse histoire aux piliers de bar qu’il rencontre ou à son chien. Au cours d’une de ces soirées il va rencontrer Valérie. Lorsqu’il cherchera à la revoir il se retrouvera au centre de la traque que mène une mystérieuse organisation. Il décidera alors de tout quitter pour partir à la recherche de Valérie et d’un espoir, l’espoir de retrouver ses souvenirs et de recommencer enfin à vivre en paix avec lui-même. Tout au long de cette longue course poursuite on découvrira petit à petit leur passé et on apprend peu à peu à connaître les personnages et à les aimer ou à les haïr. Et c’est bien là tout le génie de Dean KOONTZ. En effet l’intrigue ne brille pas vraiment par son originalité, mais ce qui distingue "La porte rouge", ce sont ses personnages. Ils sont extrêmement bien construits, avec une grande minutie, toutes leurs actions et leurs pensées sont en accord avec eux-mêmes. On finit par avoir l’impression de les connaître en tant que personnes réelles et pas seulement comme personnages d’un livre. Les sentiments que l’on ressent pour eux n’en sont que plus forts et on ne lâche plus le livre espérant que tout finira bien pour ces personnages qui sont devenus nos amis et croisant les doigts pour que les mauvais finissent dans le trente-sixième enfer. En bref, un excellent livre captivant du premier mot aux derniers.

Flynn BigGeek






Retour au sommaire