SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No106
106
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  La Fontaine de Jouvence



"La Fontaine de Jouvence"
de
Philippe Ward

Editeur :
Rivière Blanche
 

"La Fontaine de Jouvence"
de Philippe Ward



7/10

Roman de jeunesse, préposé à la grande aventure dans la droite file de Jimmy Guieu et Von Daniken, ce court roman est surtout un remarquable croisement entre le récit issus des pulps des années 30, une enquête originaire, et la résurrection des fameux romans de sf de papa où les extraterrestres envahissaient la terre et les héros devaient les en empêcher. Sur une intrigue des plus simplistes, l’auteur chevronné qu’est Philippe Ward, nous assène une bonne claque à nos à priori de lectures. Certes, l’intrigue est minimale, un brin convenue, l’ action démarre au quart de tour, mais par je ne sais quelle magie, la douce musique nostalgique prend son envol, et on est aussitôt repus par je ne sais quel processus chimique du contentement.
Ainsi, l’intrigue est des plus linéaire et des plus dépouillée. Mais là n’est pas l’intérêt.

Quelque part en Jamaïque un séisme met à jour de surprenantes statues qui évoquent certaines légendes de l’Atlantide. Un coup de fil anonyme informera de la chose le célèbre Gilles de Grandin. C’est que Gilles de Grandin n’est pas n’importe qui. Après avoir vécu d’incroyables aventures semées de magies et maléfices, après avoir affronté sectes sataniques et cultes païen, Gilles de Grandin se lance dans cette surprenante nouvelle enquête au coeur de l’aventure mystérieuse, suivant les sentiers battus mille et une fois par Robert Charroux.

Moins paranoïaque que le grand Jimmy Guieu, Ward nous donne une aventure qui se lit vite, sans temps mort, motivé qu’il est par un esprit adolescent qu’il a su garder intact.
On suivra donc les pérégrinations de Gilles de Grandin qui, après avoir miraculeusement échappé à un attentat, puis à un kidnapping, se verra aller, au grès des péripéties, vers le but ultime, la fabuleuse Fontaine de Jouvence.
En 145 pages, les lecteurs traverseront des paysages, vivront des rebondissements, des confrontation multiples avec les parties en jeu dans cette gigantesque chasse aux mystères de l’ancienne Atlantide.
Ce récit fera les délices des fans de ces vieilles histoires à la David Vincent, avec leurs soucoupes aux formes naïves et belles, leurs héroïnes en détresse et ces complots sans fin. Philippe Ward passe en revue tous les archétypes du genre, évoque des organisations spéciales, réinvente les faits historiques de l’ufologie au passage. Au final, on sortira de cette lecture un brin amusé, mais un coeur embrasé par la nostalgie des livres que lisait notre père tant regretté. On repensera également aux premières lectures de notre enfance, mais on aura été convaincu d’avoir partagé un bon moment de lecture. La manière dont on peut juger d’un tel livre dépendra de quel point de vue on se place. On pourra se dire qu’on aura renoué avec cette littérature populaire dont furent friands bon nombre de lecteurs dans les décennies précédentes. Il faut savoir qu’il s’agit d’une littérature avide de théories fumeuses et belles, de contextes simples pour des intrigues jouissives. Même si ce genre semblait être passé de mode, Rivière Blanche, qui est un peu le successeur du Fleuve Noir, réactive ces anciens contextes d’une sf qui pensait encore le rapport aux extraterrestres comme "un en haut et un en bas", le ciel comme la texture mythique d’une sur-nature incarnée par des vaisseaux, la terre comme porteuse, réceptacle des secrets anciens des civilisations disparues. C’est cette jonction que Ward réactualise, sans grande littérature, mais avec la jubilation d’un homme qui ne cessera jamais de saluer les topiques narratives qui ont fait les textes ayant illuminé nos enfances rêveuses. Enfin, le fait d’avoir introduit le personnage de Gilles de Grandin (emprunté à Seabury Quinn) est des plus louables, et renforce l’aspect pulps de la chose. Un policier du paranormal à la poursuite des secrets anciens, avec en toile de fond les agissements extraterrestres, est un chose que les amateurs accueilleront avec une joie certaine. Sans être d’un grand intérêt d’un point de vue de la langue, ce petit roman, qui se dévore comme les bonbons de notre enfance, ceux qui nous bousillaient les dents, diffuse un charme intemporel. Fleuve Noir n’est pas mort, il s’est transformé pour se jeter en une belle Rivière Blanche dans la mer des sargasses où dorment les mystères du monde, où résonnent nos coups de browing salutaires, les cris des belles aventurières, les sons des soucoupes au métal poli, et quelque autre île inconnue ou continent englouti....

La Fontaine de Jouvence, Philippe Ward, Rivière Blanche, couverture de Grillon, 145 pages, 15 Euros.






Retour au sommaire