SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Frankenfish
"Frankenfish"
de Mark Dippé

Avec Tory Kittles, China Chow, Matt Rauch
Columbia TriStar Home Vidéo

Le retour de Mark Dippé derrière la caméra . Celui qui fit de l’adaptation cinéma de Spawn une des plus belles purges qui soient revient avec une série B qui tire vers le Z sur de vilains monstres aquatiques. Tout cela se passe dans les bayous de Louisiane. Un groupe de chercheurs, d’aventuriers, de ce que vous voulez, cherche la cause des sanglantes attaques sévissant dans les marais. Bien entendu, certains connaissent la vérité : il s’agit d’une espèce hybride de poissons créée génétiquement et qui a échappé au contrôle de ses géniteurs. Sauf qu’en pistant la bestiole, très vorace et assez volumineuse, au look très préhistorique (la seule vraie réussite du film, au passage), ils vont se rendre compte que les rôles ont été inversés, les chasseurs sont devenues les proies du monstre. Et encore, n’y en a t’il vraiment qu’un ? Hein, ça c’est du suspense ! Bon, disons le tout de go : scénaristiquement, c’est pauvre. Artistiquement aussi question jeu des acteurs : voir un des personnages crier à chaque attaque mortelle du monstre « Oh, my God ! », les bras ballants avec une conviction qui laisse pantois et tétanisé par l’horreur de ce qu’il vit, consttue un grand moment d’humour très Z. En même temps, ce qui constitue le principal intérêt de ce Frankenfish (autre bon point, tiens, le titre ! Hé oui, on les cherche les points positifs !!!), c’est bien entendu le monstre, sorte de poisson semi préhistorique, apparenté à une sorte de Black Bass (poisson de rivière dont la gueule peut s’ouvrir bien plus grand que prévu, et surtout dont les nageoires et les épines dorsales sont délimités par des pointes très douloureuses, c’était la minute du pêcheur, merci !). D’accord, il y a de l’infographie mais quand il s’agit d’animatronique, le résultat est assez convainquant, ce qui est normal au vu du réalisateur, quand même un spécialiste dans cette branche avant de passer derrière la caméra. Autrement, pas grand chose d’autre à sauver : une réalisation banale qui ne tire que rarement profit du postulat de base de son scénario, des clichés éculés (aucune liaison interraciale sinon le Frankenfish en bouffe un des 2, non mais !), et ce qui aurait pu être véritablement une sympathique série B passe souvent du côté du Z. Et en plus, aucun bonus sur ce DVD, pourtant propice ne serait-ce que par un making of même promotionnel sur les effets spéciaux. Au final, comme film on a vu pire, mais ce n’est pas une raison pour faire simplement un petit peu mieux.

Stéphane Thiellement

Note : film : 3/10 DVD : 1/10 (copie bonne, format 1.78, image 16/9ème compatible 4/3, vostf)



Retour au sommaire