SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  Godsend
"Godsend"
de Nick Hamm

Avec Robert De Niro, Rebecca Romijn-Stamos, Greg Kinnear
Metropolitan Vidéo

Nick Hamm, on l’a connu avec un thriller britannique original, assez spécial voir terrifiant, The hole où 4 étudiants style Oxford s’enfermaient dans une bunker secret le temps d’un week-end avant de s’apercevoir qu’il s’agit d’un piège mortel orchestré par un esprit des plus dérangés. Dans les filles, en tout début de carrière, la très belle Keira Knightley qui depuis est devenue star avec Pirates des Caraïbes et vue récemment en Guenièvre dans Le roi Arthur. Donc, quelque part, on attendait un peu son nouveau film. Bon. Une fois de plus, on ne peut que constater que ce n’est pas parce qu’un mec fait un truc bien un jour qu’il est un surdoué dans sa catégorie. Sans être le navet tant hué, Godsend ne peut jamais prétendre à être un bon film. Et ce malgré la présence d’un de Niro qui nous a déjà prouvé qu’il peut être autant un très grand acteur qu’un cabotin de première (dans ce dernier registre, la palme revient à l’exécrable Nous ne sommes pas des anges, la pire performance de De Niro à ce jour !). Pourtant, vu autrement, fait autrement, Godsend aurait pu surprendre. Jessie (superbe Rebecca Romijn-Stamos, la Mystique des X-Men) et Paul Duncan viennent de perdre leur fils de huit ans, Adam (déjà, une petite symbolique pas très finaude...). C’est alors que le Dr Wells (!) vient leur proposer l’impossible : cloner Adam et leur donner la chance de retrouver ainsi leur enfant. Au début, tout se passe bien. Mais quand Adam arrive vers ses huit ans, le cauchemar commence, et la vérité sur les expériences interdites du Dr Wells sera pire que ce qu’ils pensaient.
En même temps, c’est le seul petit moment surprenant du film. A part ça, à part toute la partie de doutes sur l’acceptation d’un tel acte par les parents, Godsend tombe complètement dans le canevas du film d’épouvante avec un enfant maléfique, le tout usant et abusant des gimmicks les plus éculés du genre (style porte qui grince, ombre dans le couloir, bruit sur la fenêtre, etc...). Alors il reste donc tout ce qui touche au désespoir des parents (où pour une fois Greg Kinnear montre qu’il sait être un bon acteur), tout le propos contre-nature de l’expérience s’achevant malheureusement dans la démesure la plus ridicule avec un affrontement final dans une église. Oui, le symbolisme pachyderme du film est aussi très flagrant. Et pour couronner le tout, un tel film appelle une fin implacable, qui vous glace le sang, un peu comme celle de Simetierre, le livre ET le film, pour montrer jusqu’où on ne doit pas aller. Il n’en est rien, et ce n’est ce malheureux petit sursaut de frayeur digne d’un mauvais shocker qui changera quoi que ce soit. Maintenant, on peut se faire confirmer l’échec de l’entreprise en regardant dans les bonus les 4 (!) fins alternatives. Quand on en arrive à un tel point d’indécision, c’est qu’il y a vraiment quelque chose qui ne fonctionne pas. Manque de bol, aucune de ces fins ne rattrape le naufrage du projet, et Godsend se confirme bel et bien comme un ratage sur un sujet certes casse-gueule mais qui attend encore le film ultime, qui ne peut être qu’un cauchemar des plus terrifiants.

Stéphane Thiellement

Note : film : 2/10 DVD : 4/10 (copie excellente, format 2.35 image 16/9ème compatible 4/3, vostf)
Bonus (vostf) : 4 fins alternatives commentées ou non par le réalisateur et le scénariste ; commentaire audio du réalisateur et du directeur de la photo (en vo seulement) ; stoy-boards ; bandes-annonces.



Retour au sommaire