SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Cinéma bis et culte -  Time Demon : Les Prêtresses de l’enfer

"Time Demon : Les Prêtresses de l’enfer" de Richard J. Thompson


Titre Original : Time Demon
Autre Titre : Retour vers le Furher
Réalisateur : Richard J. Thompson
Avec : Laurent Dallias
Elodie Chérie
Chloé
Elisabeth Henriques
Charly Spark
Zabou
Channone
Christophe Lemaire
Damien Granger
Jean Pierre Putters
Jean Claude Romer
Alain Robak

Durée : 85 minutes
Origine : France
Année : 1996
Genre : Sexy gore amateur
Editeur : AJC

Cotation : 2 / 6

Résumé :

Adolf Hitler est en vie ! Gardée par une secte d’amazones lesbiennes et nymphomanes et de soldats nazis nostalgiques du Reich, le Führer déchu rêve toujours de dominer le monde. Seule solution pour rendre sa jeunesse au dictateur sénile : s’emparer d’un talisman en possession de Jack Gomez.

Critiques :

Richard Thompson est un cas. Un des seuls pourvoyeurs français de films réellement Z, comme en témoignent Attack Of The Serial Killers From Outer Space, Robo Flash Warrior, Terror Of Bloody Prehistoric Creatures from Space, Night Of The Vampyrmania et la bien nommée compilation vidéo Best Of Z.
De quoi rendre jaloux Fred Olen Ray, Tom DeSimone et David DeCoteau réunis ! Comme les maîtres californiens du Z, Thompson (alias Julien Richard à la ville) aime les « vedettes » invitées. Alain Robak, Jean-Claude Rommer, Christophe Lemaire, Jean-Pierre Putters, Damien Granger et quelques autres, tous amateurs du genre, se retrouvent donc dans une intrigue farfelue et amusante à souhait.
A leur cotés, une cohorte de hardeuses sexy : Chloé, Elodie Chérie, Channone, Charly Spark et Zabou. Vêtues de bottes à talons hauts, de mini-jupes en cuir et de bas résilles, les chaudes vedettes tombent régulièrement le haut, voire le bas, se font des caresses coquines et se livrent à des sévices corsés qui rendrait jalouse Ilsa en personne. Miam ! Miam ! Slurp ! Slurp !
Le résultat n’est, évidemment, pas un pilier de cinémathèque mais une production au budget minuscule, pour ne pas dire inexistant, qui joue au maximum la carte de l’érotisme et du gore sadique avec les moyens du bord. Quelques copains, des fans de cinéma bis, des hardeuses enthousiastes au corps sculptural fréquentent une intrigue floue et décousue.
Mais le "metteur en scène" tente de maintenir un minimum de continuité dans un scénario troué de partout et filmé sur un an et demi de galère par une équipe variant au gré des disponibilités de chacun. Malheureusement, il est loin de posséder les moyens financiers de ses ambitions.
Il serait facile de considérer le résultat comme une merde sans intérêt. Facile et franchement méchant en regard de l’énergie dépensée pour que l’ensemble, ringard mais parfois amusant et sincèrement bricolé, tienne la route.
Evidemment, c’est objectivement plus mal foutu que Van Helsing, Matrix Revolution, Resident Evil 2 ou Underworld.
Mais c’est tellement plus authentique et enthousiaste qu’on pardonne au cinéaste ses maladresses pour admirer le physique avenant des nymphettes et les effets gore peu ragoûtants.
Soutenez le Z français au lieu d’engraisser les producteurs milliardaires de navets à cent millions de dollars de budget !

Pizzoferrato Fred (2005)



Retour au sommaire des films bis et culte