SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Xmen 166 (VO)

"Xmen 166 (VO)" de Peter Milligan & Salvador Larroca

- Janvier 2005 - 6/10

Et voici qu’arrive un nouveau scénariste sur le titre en la personne de Peter “ X-Statix ” Milligan. Un auteur connu pour son originalité et sa manière bien particulière de traiter les personnages de super héros - bien que cela ait été quelque peu redondant sur sa dernière série médiatique de super héros, X-Statix. Un auteur qui était des plus attendus après les râtés des derniers épisodes qui avaient fait des Xmen une série mutante qui devenait plus risible que passionnante, pour ne pas dire pour les fans des feuilletés tv à la Santa Barbara.

Ce n’est pas pour autant que j’ai pris plaisir à lire cet épisode. Les Xmen se rendent dans une base du Pole Sud, en réponse à un SOS, et découvrent des cadavres et quelques survivants qui ont perdu la boule. Baston, questionnements, et découverte d’un mot : Golgotha. Référence biblique qui intrigue nos héros, tout comme le lecteur, qui n’en sauront pas plus dans ce numéro. Premier épisode oblige, tout se met doucement en place, mais l’ensemble manque cruellement de mordant, malgré l’agressivité des ennemis des Xmen, qui se battent sans trop en comprendre les raisons - idem pour le lecteur.

Il se déroule donc peu d’évènements en 22 pages, exceptés les éternels conflits internes à l’équipe, plus lassants qu’autre chose. Un début très mou, à mon sens, malgré des dessins de Salvador Larroca de qualité. Mais il est toujours difficile de critiquer un premier opus réalisé par un nouveau scénariste, croisons donc les doigts pour que le prochain numéro relève le niveau et dévoile le jus du fruit dans lequel on a timidement mordu, par crainte qu’il ne soit trop acide. Santa Barbara, tu me diras, pourquoi...

Grégory Covin



Retour au sommaire