SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Shaun Of The Dead
"Shaun Of The Dead "
de

Voir également après cet avis de Fred Pizzerato, un autre avis de Nicolas Botti


Autre titre : Shaun of the Dead
Réal :
Avec :
Durée : 95 minutes
Origine : UK
Année : 2004
Genre : Comédie gore
Editeur :
Suite :

5/6

Résumé :

Shaun est un jeune homme un peu paumé qui partage sa vie entre un emploi sans avenir, sa fiancée Liz, son colocataire hargneux et son meilleur ami, Ed, lequel passe ses journées à glander devant des jeux vidéos lorsqu’il ne deale pas de l’herbe. Un jour, Liz, épuisée par ses bourdes répétées, décide de le larguer. Or, c’est précisément le jour où une étrange maladie ravage l’Angleterre : les morts reviennent à la vie ! Shaun va devoir "acheter du lait, récupérer Liz, sauver maman et éviter les zombies !".

Critiques :

Shaun of the Dead fait plaisir à voir. Il s’agit d’une parodie gore et drôle qui se réfère à tout un pan du cinéma : la Nuit des Morts Vivants, Zombies, Le Retour des Morts Vivants, Brain Dead, Evil Dead, etc. Les cinéastes connaissent leurs classiques et s’amusent à multiplier les références :
Un présentateur télé avertit ainsi le public que, pour tuer les zombies, il faut "remove the head or destroy the brain". Le héros avertit sa maman, nommée Barbara, qu’il vient la chercher par un référentiel "We’re coming for you Barbara", etc.

Les clins d’œil sont nombreux et certains séquences provoquent de vifs éclats de rire. Citons ainsi le combat entre les héros et un zombie à coup de disques. Shaun refuse de sacrifier sa collection et Ed choisit pour lui les disques à balancer au visage des morts vivants.
Ed : New Order ?
Shaun : Jamais, c’est l’édition originale de Blue Monday !
Ed : Stones Roses ?
Shaun : T’es fou !
Ed : C’est le deuxième album !
Shaun : J’aime bien quand même !
Ed : La musique de Batman ?
Shaun : Balance !
Ed : Dire Straits ?
Shaun : BALANCE !!!

Autre séquence très drôle : le combat avec un mort-vivant au son du "Don’t Stop Me Now" de Queen où les coups de batterie coïncident avec les coups portés par les héros.
Citons aussi la scène où Ed et Shaun chantent "White Lines" de Granmaster Flash avec un mort vivant (qu’ils prennent pour un poivrot) mimant les bruitages "ggggggrrr" du morceau. Ensuite, ils exécutent une impayable danse sur de l’électro. Leur colocataire se fâche et Ed prévient d’un ton sentencieux "next time I see you, you’re dead !". Il ne croit pas si bien dire.
La séance de zapping mérite aussi les éloges : les différentes chaînes de télé délivrent un message subliminal à notre héros. Une idée géniale qui rappelle un peu le gag de la grosse quéquette de Austin Powers : en zappant, Shaun reçoit les informations suivantes : On ne sait pas ce qui se passe...c’est la panique dans les rues de Londres (via un clip des Smith où Morrisey chante le morceau Panic)...les gens sont...dévorés vivants...etc.
Autre running gag : Shaun débute le métrage avec une tâche rouge sur sa chemise et chacun lui fait remarquer qu’il "a du rouge sur son vêtement"...inutile de dire qu’à la fin de l’histoire sa belle chemise aura été couverte par des litres d’hémoglobine !
Dommage que l’ensemble du film ne soit du niveau de ces séquences. L’objectif était de réaliser, selon le slogan, "une comédie romantique avec des zombies" et, hélas, la mise en place est un peu longuette. Il faut en effet attendre près de quarante minutes avant que les morts ne se relèvent. Mais, à partir de ce moment, le film adopte un rythme beaucoup plus alerte. Malgré la gaudriole, les cinéastes ne négligent pas un ton sérieux lors de passages émouvants et bien amenés.

Les interprètes sont tous excellents et la mise en scène nerveuse, aboutissant à une sorte de compromis entre "Trainspotting" et "Dawn of the Dead" pas désagréable mais parfois languissant dans sa première moitié. La bande son, très dynamique et référentielles, est bien utilisée, voire même intégrée à l’action et y ajoute de l’humour ou des références supplémentaires. Outre les passages précités (avec les Smith, Queen et Grandmaster Flash), on note aussi cet excellent moment où Shaun pleure sur sa rupture alors que retentit les premières phrases du tube de Chicago..."If you leave me now" !
Malgré quelques faiblesses, il s’agit donc d’une bonne comédie, souvent très gore, qui ne néglige pas les scènes attendues : cadavres éviscérés, écartellement graphiques, crane éclaté par divers ustensiles, empallement sur des barres de fer, impact de balle dans l’œil, etc.
Sans pouvoir totalement rivaliser avec ces modèles (Evil Dead 2, Le Retour des Morts Vivants, Versus, Brain Dead), ce film permet de passer une bonne soirée et mérite largement le détour.
Gore, humour, rock & roll ! Que demande le peuple !

NOTE : les nombreux jeux de mots et références intraduisibles obligent à regarder le film en version originale sous peine d’en perdre tout le sel.

SI VOUS AVEZ AIME CE FILM, ESSAYEZ EGALEMENT :

 ! Le Retour des Morts Vivants
 ! Brain Dead
 ! Re-Animator

Pizzoferrato Fred (2005)

Un autre avis :

 

Shaun of the dead
(A romantic comdey. With Zombies)

Un film anglais (2004) d’Edgar Wright
Scénario : Edgar Wright et Simon Pegg

Avec Simon Pegg (Shaun), Kate Ashfield (Liz), Nick Frost (Ed), Lucy Davis (Dianne), Dylan Thomas (David),....

Ce film est d’abord un petit bonheur pour les fans de série anglaise. "Shaun of the dead" est l’oeuvre de quelques trentenaires issus de séries britanniques déjantées les plus en vogue outre-manche. Cette comédie a donc été écrite à quatre mains par Edgar Wright et Simon Pegg, (respectivement réalisateur et acteur principal de "Spaced"- série qui raconte les mésaventures d’un garçon et d’une fille, la vingtaine bien tassée, très différents, mais obligés de former un couple pour trouver un logement décent ). Comme on est pas encore vraiment une famille à deux, Wright et Pegg ont réussi à piocher quasi l’intégralité du casting dans "Spaced" et d’autres séries à succès comme "Black Book", "Little Britain" ou "The office"... Quant aux zombies, ils sont issus du fan club de "Spaced" !!! (1)

Ce film est également une ode à la culture des trentenaires : que ce soit musicalement (attention eighties nous revoilà !) ou cinématographiquement (on n’insistera jamais assez sur l’impact du film de zombies sur cette génération nourrie aux rayons épouvante bien fournis des premiers vidéo clubs).

Les deux cinéastes cultes abondamment cités dans le film sont Sam Raimi (Evil Dead) et surtout George A. Romero (pour sa trilogie sur les morts vivants). Le titre est évidemment référence à "Dawn of the Dead" plus connu sous le nom de "Zombie" ! Et les similarités abondent tout au long du film. Les morts vivants sont tout aussi léthargiques que dans les Romero (rien à voir avec les zombies de "28 jours plus tard") et bénéficient du même type de maquillage très élaboré !

Comme dans les Romero également, les personnages sont loin d’être tous sympathiques, et finalement le danger vient autant, voire plus, des névroses des survivants que des morts vivants. Enfin, le final, qui introduit une critique sociale très mordante, est aussi une référence aux films de l’auteur de "la nuit des morts vivants".

Au-delà du film gore (oui, il y a des séquences très sanglantes), "Shaun" s’inscrit également dans la tradition de la comédie romantique à l’anglaise. Laissez tomber "7 mariages et un enterrement", la relève est arrivée ! La romance entre Shaun et son ex-future petite copine Liz vaut son pesant de cacahuètes.

Le résultat aurait pu être pathétique, mais le film est très sympa. Bien filmé, bien joué et... très drôle. Notamment grâce à une galerie de personnages très bien vue comme le héros, Shaun, trentenaire paumé et raté, modèle d’adulescent (contraction d’adulte et adolescent - décrit le phénomène actuellement très courant de jeunes adultes qui gardent un comportement adolescent régressif). Scotché à son pote d’enfance, à ses sorties au pub d’en face et aux jeux vidéo, il survit grâce à un boulot nul, rate complètement sa vie amoureuse grâce à un manque total de maturité, et n’a toujours pas réglé ses problèmes d’Oedipe... Bref, heureusement que les zombies vont débarquer pour l’aider à gagner un peu en maturité ! Comme quoi, il suffit parfois de pas grand chose !

Nicolas Botti

PS : le film est actuellement dipsonible en DVD zone 2 mais sans sous titrages français. Le film sortira en salle en France en juin 2005 soit plus d’un an après sa sortie en Grande Bretagne. Mieux vaut tard que jamais.

(1) Est-ce le nouveau phénomène de mode outre-manche ? C’est à peu près la même philosophie qui a guidé le réalisateur de "h2g2, le guide du voyageur galactique", Garth Jennings (qui fait une apparition dans "Shaun of the Dead" dans le rôle d’un zombie !) et qui a lui-même été chercher son casting sur la télé anglaise : "the office", "black books", "the league of gentlemen",...



Retour au sommaire