SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Cinéma bis et culte -  Citizen Toxie - The Toxic Avenger IV

"Citizen Toxie - The Toxic Avenger IV" de Lloyd Kaufman


 

Titre Original : Idem
Réalisateur : Lloyd Kaufman

Avec : Debbie Rochon -
David Mattey -
Lisa Terezakis -
Corey Feldman -
Ron Jeremy -
Lemmy Killminster -

Durée : 100 minutes
Origine : Tromaville (U.S.A.)
Année : 2000
Genre : 100% Troma
Editeur : Sony

Cotation : 8 / 10

Résumé :

A Tromaville, une école d’handicapés mentaux est prise en otage par la Mafia des Couches Culottes, une bande de nazillons tarés escortés de filles sexy. Heureusement, Toxie, Sgt Kabukiman et Gros Cul Gras, les super-héros préférés des enfants viennent au secours des débiles. Mais, voyant leur plan voué à l’échec, les mafieux en couches culottes font exploser l’école. Sous le choc, une porte s’ouvre vers le monde parallèle d’Amortville, dans lequel Noxie et Kabukiman, les alter-égos négatifs de nos héros font régner la terreur. Toxie se retrouve dans cet univers, tandis que Noxie, projeté dans le monde merveilleux de Tromaville viole la copine de Toxie et massacre la population.

Critiques :

"Citizen Toxie" est un véritable concentré de Troma, génial ou insupportable selon les goûts de chacun. Bien sûr, on suppose que les personnes ayant acheté le DVD savent à quoi s’attendre. Nous avons donc droit à des références cinématographiques à la pelle, des vannes scatologiques et sexuelles extrêmes (à rendre malade le scénariste des "American Pie"), des filles super-sexy, des lesbiennes en chaleur, du gore immonde, des jeux de mots foireux, etc. Bref, du tout bon, sur une musique résolument punk et metal.
Niveau référence, une séquence inspirée par "Citizen Kane" nous montre un T/Noxie massacrant et partouzant joyeusement qui meurt finalement une boule de neige à la main en saignant du nez. Ses derniers mots seront bien sûr "nose blood". Autre jeu de mot bien senti : un Noir décapité, réduit à l’état de tête tranchée déclare "I was nobody, now I’ve no body". Personnellement je trouve cela excellent.
On trouve également de nombreuses guest-stars, dont Lemmy de Motörhead et Ron Jeremy, acteur porno moustachu bien connu incarnant ici le maire faussement bigot de Tromaville.
Le rythme est alerte, malgré de légers passages à vide et l’ensemble amuse beaucoup. Certes, quelques séquences paraissent un peu "too much" et se vautrent dans une vulgarité sans doute un peu facile ou la débilité. Mais on n’en voudra pas trop à Kaufman qui se rattrape par des séquences politiquement incorrectes comme lorsque le Vengeur éclate la tête d’un malfrat entre la Bible et le Politic Act américain : "attention, préviens une jeune femme, l’Eglise et l’Etat doivent rester séparés".
Autre moment culte : les présentateurs télés qui commentent le massacre de l’école.
-"Encore un"
- "Oui"
- "Oh, merde, fais toi-même le commentaire cette fois".
- "Qu’est ce qu’on va encore dire ?"
- "Si on s’en prenait au heavy metal ?"
- "Non, blâmons plutôt la violence dans les films"
- "Okay, mais ensuite on parlera de cette merde de putain de rap".
- "Vous n’aimez pas ça, vous."
- "Non, pas fan."
- "En effet".
- "NON, PAS FAN !!!"
Très drôle !
D’ailleurs, dans un esprit typiquement punk-rock, l’équipe Troma se permet tous les excès et se moque de tout et de tous. Handicapés, bigots, politicien, nazis, policiers, vieux, Noirs, jeunes, beaux, moches, gros, etc. Personne n’échappe à l’humour dévastateur de Kaufman et sa bande. Un vrai bonheur pour les nostalgiques des débuts de Peter Jackson, Kevin Smith ou des Monty Python.
Ceux qui cherchent simplement du gore seront également ravi puisque le film est sans doute le plus sanglant de la firme. Et ce n’est pas peu dire ! Démembrement multiple, tête éclatée, corps broyé, victime écrasée qui se pisse et se chie dessus décapitation, intestins arrachés, etc. Les atrocités se succèdent de manière quasi non-stop mais dans une bonne humeur qui les apparentent davantage à un épisode de "Itchy & Scratchy" en live qu’à une bande malsaine.
Bref, du pur Troma. Pour ceux qui en doutaient, le film est également empli de filles toutes plus belles les unes que les autres filmées en nu intégral : secrétaire à poil à genoux sous le bureau, infirmière en porte-jaretelles, lesbienne violant une belle aveugle, etc. La galerie photo permet d’ailleurs d’admirer quelques Tromettes bien fournies par la nature.
A coup sûr un film culte !

Pizzoferrato Fred (2004)



Retour au sommaire des films bis et culte