SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Nouvelles -  La Cantatrice et l’assassin


"La Cantatrice et l’assassin"
de
Flynn BigGeek

 

"La Cantatrice et l’assassin"
de Flynn BigGeek



L’assassin chercha du regard le numéro de la chambre que ses patrons .. ou ses maîtres, oui maîtres était le mot qui convenait pensa-t-il, lui avaient donné en le déposant à deux rues de l’hôtel de luxe dont il arpentait les couloirs. Il n’avait que quelques dizaines de minutes avant qu’on ne découvre son intrusion. Il devait tuer la cantatrice. Lorsqu’il avait demandé ce qu’était une cantatrice, ses maîtres lui avaient répondu qu’une cantatrice créait de la musique et de l’espoir. L’assassin ne savait pas ce qu’était l’espoir et encore moins ce que pouvait être la musique. Il trouva enfin la porte de la chambre qu’il cherchait. Tout en la crochetant, il pensa à la tulipe de sang qu’il allait tracer avec la pointe de sa lame sur la peau de sa victime. La serrure céda silencieusement. D’un bond, il entra dans la chambre, sa lame déjà dégainée et prête à tuer. La chambre était vide et plongée dans la pénombre. Seules quelques bougies et la pâle clarté des deux clairs de lune filtrant à travers les volets faisaient reculer l’obscurité. Il ferma la porte en se demandant sur quelle partie du corps de la cantatrice il dessinerait sa tulipe. L’assassin aimait les peaux jeunes et lisses, les tulipes y fleurissaient bien mieux que sur la peau des vieillards. Ses maîtres lui avaient dit que la cantatrice était jeune, l’assassin sourit. Ce soir, sa tulipe serait superbe.

L’assassin s’éloigna de la porte et scruta la pièce d’un long regard. Décorée de rouge et d’or, elle rayonnait la joie et la chaleur. Des valises à demi-ouvertes étaient posées sur le bord du lit bordeaux. Sur un dossier de siège, une robe de soirée attendait d’être mise. L’assassin passa ses doigts sur le doux tissu soyeux. De la lumière filtrait du dessous d’une porte. Ce devait être la salle de bain. Ses maîtres lui avaient certifié qu’elle serait dans sa chambre, la cantatrice devait donc être là. L’assassin tendit l’oreille, mais l’isolation était parfaite. Impossible de savoir ce que faisait la cantatrice. Il raffermit sa prise sur le manche de sa lame et avança doucement vers la porte, tous les sens aux aguets. Il posa enfin la main sur la poignée. Il pensait ouvrir la porte et se jeter en avant pour égorger sa cible avant qu’elle n’ait le temps d’appeler des secours. Il fit tourner la poignée et prépara sa dague. Alors qu’il allait sauter dans la pièce, la musique le stoppa net dans son élan. La cantatrice était sous la douche, il pouvait la distinguer vaguement à travers le rideau de plastique. Mais surtout, la cantatrice chantait. De toute sa vie, l’assassin n’avait jamais entendu la moindre musique, le plus petit chant. Et là, brutalement, il entendait un chant si parfait.. qu’il en avait mal. Quelque part il le savait, des gardes avaient découvert sa présence. Ils devaient sûrement déjà être en train de hurler dans leur radio tout en courant vers cette petite salle de bain. Il le savait et pourtant il ne bougeait pas. Plus rien n’avait d’importance, plus rien d’autre n’existait que ce chant qui lui parlait, qui lui racontait sa propre vie.

Il entendit le chant lui parler des lacs infinis de tristesse où il s’était si souvent noyé. Il écouta le chant lui parler des déserts de souffrance que lui avaient infligés ses maîtres pour parfaire son entraînement. Le chant lui raconta les étendues blanches et infinies de solitude qu’il avait traversé tout au long de sa vie. L’assassin sentait les larmes couler sur ses joues. Ses doigts se déserrèrent et sa lame tomba au sol. Le chant continuait à lui parler et lui continuait à écouter et à pleurer. Les bruits de calvacade se rapprochèrent et les gardes enfoncèrent la porte de la chambre qu’il avait si soigneusement refermé. Ils se précipitèrent à l’intérieur de la chambre en hurlant à la cantatrice de ne pas bouger. La cantatrice, effrayée, arrêta de chanter. Apeurée, elle cria qu’elle était dans la salle de bain et passa la tête entre les deux pans du rideau de douche. Elle vit alors son assassin, les yeux plein de larmes, le regard perdu et rempli de douleur, son arme traînant sur le sol. Elle vit aussi les gardes faire irruption. L’assassin encore empêtré dans la puissance et la beauté du chant reprit alors quelque peu ses esprits. Il tenta de se baisser tout en ramassant son arme pour faire face aux soldats et lutter. La cantatrice vit toute la scène comme au ralenti. L’assassin se retournait lentement, un instant elle crut qu’il allait réussir à ramasser son arme et à rouler bouler jusque derrière un meuble. Mais les gardes dégainèrent et tirèrent. L’assassin reçut les tirs des lasers en plein ventre. Il crut que ses entrailles hurlaient de douleur dans son crâne. Il s’écroula, sa vie s’écoulant lentement de ses blessures.


Le chef des gardes s’excusa auprès de la cantatrice pour cet incident. Il lui promit que tout serait rapidement remis en ordre, qu’on allait la changer de chambre et que cela ne se reproduirait plus. Il hurla dans sa radio pour que le service de ramassage se dépêche d’arriver pour s’occuper d’un mort et qu’on envoie au plus vite des gens pour la cantatrice.

L’assassin, enveloppé de son linceul de souffrance tenait ses mains crispées sur son ventre déchiré. Il tourna la tête vers la cantatrice. "Chantez encore, s’il vous plaît" supplia-t-il de la voix pâteuse des agonisants. Les gardes ricanèrent en lui promettant qu’il aurait bientôt droit aux doux chants des démons de l’enfer et le chef de la sécurité lui envoya un coup de pied dans les genoux pour faire bonne figure.

"De là d’où je viens, on respecte les mourants et on exécute leur dernière volonté, même si ce sont des criminels" s’insurgea la cantatrice d’un ton sec et tranchant. Elle sortit de la douche et s’agenouilla dans le sang de l’assassin. Les gardes éberlués ne savaient plus que dire ou que faire. La plus grande des cantatrices, celle pour qui les princes se damneraient, celle que tous rêvaient d’entendre chanter, celle dont les chants ravissaient les foules et faisaient naître l’espoir dans des millions de coeurs. Celle-la même était nue devant eux, assise dans le sang de celui qui avait tenté de la tuer. La cantatrice prit la tête de l’assassin et la posa sur ses genoux. L’assassin ouvrit à nouveau les yeux. Il plongea son regard au fond de celui de la cantatrice qui lui caressait les cheveux et le front. Il déglutit et articula difficilement alors que du sang apparaissait déjà aux commissures de ses lèvres : "Chantez encore, s’il vous plaît, chantez encore pour moi."
La cantatrice continua à peigner les cheveux de son assassin. Les larmes coulaient maintenant sur ses joues.
"Oui, je vais chanter encore une fois pour toi" répondit-elle dans un souffle. La cantatrice commença alors à chanter. Elle chanta la vie, la rougeur de l’amour et le blanc de la haine, elle chanta l’espoir, la douleur et la joie. Les gardes debout écoutaient et pleuraient submergés par la force du chant.

Le regard de l’assassin ne lâchait plus celui de la cantatrice, muet dialogue, muet pardon. Il écoutait le chant qui lui parlait, lui apprenait les sentiments et les émotions qu’il ne connaissait pas. Et la cantatrice chanta encore, la flaque de sang autour d’elle s’agrandissant peu à peu.

Pour la première fois, alors que sa vie le quittait, l’assassin comprenait ce qu’était le bonheur d’être en vie, pour la première fois il était heureux et en paix. Il laissa le chant lui raconter le bonheur, il laissa le chant le bercer. La cantatrice chanta jusqu’à ce que le visage de son assassin devienne froid sous ses doigts. Elle ferma alors les yeux de l’inconnu qui avait voulu la tuer. Et pour la première fois, une cantatrice pleura son assassin.

Flynn BigGeek

Illustrations Christofer HENRI



Mis en ligne par pelosato


Retour au sommaire