SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Verhoeven Paul (Coffret 6 films)
"Verhoeven Paul (Coffret 6 films)"
de

Avec Rutger Hauer, Jeroen Krabbe, Renee Soutendjik
Metropolitan Vidéo

L’événement du moment, une des meilleures surprises DVD, un coffret regroupant enfin 5 des premiers films du Hollandais le plus fou du cinéma, j’ai nommé Paul Verhoeven. En fait, il y en a même 6 si on compte la version intégrale de son film de guerre Soldier of Orange avec un Rutger Hauer (« un ancien ami », selon Paul...) campant un héros de résistance hésitant entre plusieurs voies avant de trouver son camp. Même Steven Spielberg admit à l’époque que Soldier of Orange était un des meilleurs films de guerre qu’il n’eut jamais vus, c’est dire la qualité de l’œuvre, dont on découvrira ici donc une version longue, plus riche en bien des points surtout en ce qui concerne son « héros ». Autrement, on a donc le célèbrissime Turkish delight, au charme vénéneux un peu vieilli aujourd’hui mais qui contre toute attente, conserve tout de même un parfum bien différent de films dits érotiques faits il y a maintenant plus de vingt ans. Verhoeven s’y révèle plus crû et réaliste que bien d’autres cinéastes, ce qui n’a rien de surprenant quand on connaît l’œuvre du bonhomme. Business is business est une comédie de mœurs qui elle date quand même ; Katie Tippel est un drame historique réaliste, très porté sexe puisqu’il s’agit du portrait d’une « fille de joie », vu sous l’œil Verhoeven (ah, c’est certain que ce n’est pas du Techiné !). Dans la chronologie, il manque le sulfureux Spetters, mais ce qui justifie sa place dans ces lignes, c’est surtout de (re)voir enfin Le quatrième homme. Une sorte de polar ténébreux à la frontière du fantastique où un homme doutant de son hétérosexualité rencontre par hasard une femme qui va l’initier à des jeux sexuels originaux. Mais un jour, il découvre qu’elle a déjà eu d’autres amants, tous disparus dans d’étranges circonstances, faisant d’elle une sorte de veuve noire humaine. Ca rappelle un peu Basic instinct sauf que c’est bien plus noir, très porté sexe et religion, et parfois terrifiant. Verhoeven gagna avec ce film ses galons pour aller bosser outre Atlantique, la critique le saluant pour cet exemplaire suspense glacial qui gagna d’ailleurs le prix du Jury à Avoriaz, sans pour autant lui donner une sortie commerciale digne de ce nom.

Maintenant, chaque film a son commentaire audio, on choisira cependant celui qu’on a le plus envie d’entendre (par exemple, Le quatrième homme) pour constater une fois de plus que Verhoeven est d’une richesse narrative incroyable, qu’il a toujours plein de détails à enrichir, etc... Outre ces révélations, on découvrira aussi un surprenant documentaire sur le retour du tournage de Soldier of Orange présenté par 2 anciens figurants, et enfin, on écoutera Verhoeven venir présenter sa rétrospective à la cinémathèque française. Le hollandais une fois de plus ne cache pas son actuelle déception quant à sa carrière, « chassé » de Hollande à cause de films jugés à l’époque trop provocateurs (mais aujourd’hui réhabilités, les Hollandais l’ayant cité comme une des 10 personnalités les plus célèbres de leur pays !) et « chassé » aujourd’hui de Hollywood suite à l’échec de ces films trop réalistes quant à leurs révélations sur les USA que sont Showgirls (selon les ricains, une des pires « merdes » jamais faites, selon d’autres un des meilleurs films sur Las Vegas, le show business, le sexe et le pouvoir ! Mais certainement un des chefs-d’œuvre de Verhoeven, lequel dit que « Si Basic instinct m’a ouvert les portes d’Hollywood, Showgirls les a refermées ! ») et Starship Troopers (film fasciste selon pas mal d’abrutis n’ayant rien compris et ça, c’est ce qui a le plus blessé Verhoeven comme critique dans sa carrière). Verhoeven semble donc abattu, désillusionné, voir découragé. On souhaite que son projet le plus proche marche afin que sa carrière ne se termine pas sur l’intéressant mais aussi peu personnel (et qu’il n’aime pas, en plus) Hollow man, son dernier film à ce jour. Bref, pour tout ça, pour Paul Verhoeven, pour tous les fans, ce coffret est une des meilleures acquisitions à faire en ce moment.

Stéphane Thiellement

Note : films (l’intégrale) : 10/10 DVD : 9/10 (copies bonnes, format 1.66 respecté, image 16/9ème compatible 4/3, vostf)
Bonus (vostf) : commentaire audio sur chaque film de Paul Verhoeven ; bandes-annonces de tous les films ; galeries photos ; documentaire « retour sur le tournage » pour Soldier of Orange ; reportage sur le discours de P. Verhoeven à la Cinémathèque.



Retour au sommaire