SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Cinéma bis et culte -  Révolte au pénitencier de filles

"Révolte au pénitencier de filles" de Vincent Dawn (alias Bruno Mattei)


Titre Original : Emanuelle fuga dell Inferno
Autre titre : Emanuelle escapes from Hell / Blade Violent / Women’s Prison Massacre
Réalisateur : Vincent Dawn (alias Bruno Mattei)

Avec : Laura Gemser -
Gabriele Tinti -
Maria Romano -
Ursulla Flores -
Lorraine De Selle -

Durée : 90 minutes
Origine : Italie
Année : 1982
Genre : Women In Prison / Erotique

Cotation : 4 / 10

Résumé : Parce qu’elle a voulu dénoncer un politicien corrompu, la belle journaliste Emanuelle échoue dans l’enfer d’une prison de femme dirigée par une gardienne sadique.

Critiques :

Le fameux réalisateur Bruno Mattei est décidément un rusé roublard. Avec un scénario, un casting, un décor et un budget, il parvient à boucler DEUX films.
Très inspiré, le cinéaste récupère donc la belle et très chaude Laura Gemser et lui fait incarner Emanuelle, personnage qu’elle a déjà joué une dizaine de fois sous les mains gluantes de Joe d’Amato, entre autre dans "Emanuelle en Amérique", alias "Les Dépravés Sexuels" (où elle démantèle un réseau de snuff movies) et "Viol sous les Tropiques" (où elle échappe à la mort sous les dents de cannibales affamés).
Gemser, son mari Gabriele Tinti et Lorraine de Selle, fréquentent donc les deux films, à savoir "Pénitencier de Femmes" et ce quasi homonyme "Révoltes au Pénitencier de Filles". Ce-dernier étant un rien supérieur au précédent car plus ouvertement bis.
Quatre condamnés à mort (mené par Crasy Boy - c’est à dire Gabriele Tinti) sont placés dans la prison de femmes dans l’attente de passer sur la chaise électrique. Crédible, n’est ce pas ? Bien sûr, ils se révoltent et prennent quelques personnes en otage. Bien sûr tout le monde se fiche pas mal de ce scénario.
L’important est ailleurs et Bruno Mattei offre au spectateur ce qu’il désire voir : du sexe, des passages chauds entre filles, des viols sadiques, de la violence, des bagarres au cutter, des scènes de douche, etc.
Le moment mémorable intervient lorsqu’une jolie prisonnière place une lame de rasoir sur un bouchon qu’elle enfonce ensuite entre ses cuisses. Lorsqu’un des affreux essaie de la violer, il a logiquement le membre tranché en deux ! C’est con mais au moins voilà qui fait montre d’une imagination un peu plus sadique que les traditionnelles castrations buccales.
Ursula Flores, dans le rôle de la méchante Albina, est aussi salope qu’elle peut l’être, Laura Gemser montre plus souvent ses seins que ses talents d’actrice, ce qui n’est pas plus mal, et, au final, cette série Z fauchée propose un spectacle vieillot et un peu ringard mais finalement encore assez divertissant pour les plus pervers.

Pizzoferrato Fred (2004)



Retour au sommaire des films bis et culte