SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  Mutations



"Mutations"
de
Robert J. Sawyer

Editeur :
J’ai lu (juin 2001)
 

"Mutations"
de Robert J. Sawyer



++


Pierre Tardivel est un chercheur généticien travaillant à l’université de Berkeley. Il est atteint d’une maladie génétique incurable et sa femme et lui décident d’avoir un enfant d’un donateur anonyme. Burian Klimus, le prix Nobel pour lequel Pierre travaille, veut être le père biologique de cet enfant. Pierre et son épouse y consentent, mais ils auront tôt fait de le regretter. Par ailleurs, Pierre est victime d’une tentative d’assassinat fomentée par le Reich Millénaire, un groupe néo-nazi soi-disant dirigé par Ivan le terrible, le boucher de Treblinka. Celui-ci était en son temps un grand défenseur de l’eugénisme et il présente une ressemblance physique étrange avec Klimus.


Mutations est un roman de faiseur de best-sellers à l’américaine. La lecture en est facile et rapide, les personnages sont “ simples ”, le rythme est soutenu, la continuité de la narration correcte. Cela ne serait pas un défaut (ni une qualité) en soi si l’auteur évitait un peu plus les poncifs du genre. Les effets d’annonce : les personnages disent qu’ils ont découvert quelque chose mais ne disent pas quoi (sous-entendu : je vous le dirai dans 20 pages, cher lecteur, après la pause publicitaire). Les rebondissements : Ah non, ce n’était pas lui, mais l’autre. Les passages surdocumentés : le personnage principal est généticien, l’auteur s’est documenté sur la chose, il veut le faire savoir et il en tartine son récit à intervalles réguliers, le lecteur a même droit à des tableaux descriptifs. La scène d’action finale : cette scène est tellement inutile qu’elle en vire au comique involontaire.


La chronologie est parfois déroutante et fait allégrement des sauts de quelques heures, mois ou années d’un chapitre à l’autre. Mais cela est fait habilement et ne nuit donc pas outre mesure à la continuité du récit.


On peut déplorer également un épilogue d’une mièvrerie écœurante.


On remarquera par ailleurs le travail de traduction qui a dû se dépêtrer du piège anglais-français. Le personnage principal est québécois et il lui arrive de s’exprimer en français dans la version originale du roman, ce qui est, évidemment, plus difficile à faire passer dans un roman intégralement en français.


Les pistes narratives sont nombreuses, l’auteur touche à de nombreux sujets avec un certain bonheur (la génétique, l’eugénisme, le système de sécurité sociale aux USA, la poursuite des anciens nazis...). Ce récit est en outre fortement ancré dans le réel et il est fait à de nombreuses reprises référence à des personnages et des faits existants.


Si on exclut les passages scientifiques, qui peuvent être passés sans nuire à la compréhension de l’histoire, on peut dire que “ mutations ” n’ennuie pas un seul instant mais ne laissera sans doute pas une trace indélébile.


MUTATIONS, Robert J. Sawyer, J’ai Lu Millénaires, 370 p.


Alessandro Arturo






Retour au sommaire