SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  M - R -  Prisonniers du temps (Timeline)
"Prisonniers du temps (Timeline)"
de Richard Donner

Avec Paul Walker, Gerald Butler, Frances O’Connor
Paramount Vidéo

A la base, le roman de Michael Crichton, celui qui acquit un statut de Midas de la littérature puisque on lui doit bien évidemment Jurassic Park. Auparavant, il fut aussi cinéaste avec Mondwest, Looker et La grande attaque de train d’or. Donc aujourd’hui, quand il publie un roman, les droits se vendent à des millions de dollars...Jusqu’au premier échec, et là, il fut gratiné. Prisonniers du temps est déjà un roman pauvre, l’adaptation signée Richard Donner (le gars qui oeuvra déjà dans le Moyen-Age avec Ladyhawke mais il était jeune en ce temps là...) même si elle n’est pas la honte si décriée, n’en constitue pas moins un film d’aventures désuet, malgré une reconstitution d’époque assez réussie, deux ou trois scènes marquantes et c’est tout. Mettre Paul Walker, le blondin fadouille de Fast and furious (qui dut certainement plus son succès à Vin Diesel qu’à Walker) en tête d’affiche était une erreur, confier la réalisation à un Richard Donner, certes très bon technicien assurant le minimum syndical (il a aussi produit le film : ça a du lui faire mal !) mais qu’on sent très peu concerné par cette histoire de scientifiques revenant chercher un savant au Moyen-Age et tombant en pleine guerre de seigneurs, constitue donc la seconde erreur. A une époque où le film sur le Moyen-Age doit tenir compte de ce qui s’est précédemment fait, oublier la vision de Paul Verhoeven avec son chef d’œuvre La chair et le sang, ne peut pas crédibiliser ce qu’on verra. Ici, on a plus l’impression de faire, nous aussi, un bond dans le temps avec un film d’aventures certes agréable mais qui semble dater d’il y a au moins trente ans ! On se croirait presque dans un long épisode de La quatrième dimension, c’est dire. Maintenant, il arrive qu’aussi faible soit le scénario, il soit rattrapé par une réalisation impressionnante. Peine perdue, on a un Richard Donner fatigué, qui ne songe qu’à aller poser ses fesses sur son fauteuil de « director ». Je n’invente rien, c’est visible dans un des documentaires issus du making-of qui constitue, en trois parties, les bonus de cette édition DVD. Les bonus, tiens parlons en : souvent, quand le film est moyen voir mauvais, les bonus se révèlent passionnants, pas vraiment commerciaux mais bel et bien « originaux ». Ici, non, c’est juste de l’auto-congratulation, et surtout l’impression de voir la grande famille de Donner oeuvrer mollement sur le nouveau film de leur boss ! Bref, si vous avez loupé Prisonniers du temps en salles (ce qui peut être justifié avec la lecture du mauvais roman !), vous pouvez vous rattraper en DVD car malgré ses faiblesses, l’adaptation est meilleure que le matériau originel. Mais ne vous attendez pas à retrouver le Donner « pêchu » de Ladyhawke. Celui-ci est parti en retraite et de temps en temps pour se distraire (à 80 millions de dollars la distraction pour des recettes US de moins de 20 millions de dollars, ça fait cher la distraction, quand même !), il fait un Prisonnier du temps en vous faisant croire (c’est lui qui le dit, hein, je n’invente encore rien !) que son acteur principal (Paul Walker, modèle d’expressions totalement inexpressives !) est de l’étoffe de Mel Gibson quand il le rencontra sur le premier Arme fatale !

Stéphane Thiellement

Note : film : 6/10 DVD : 3/10 (copie superbe, format 2.35 respecté, image 16/9ème, vostf)
Bonus (vostf) : chroniques des prisonniers du temps : 3 making of, 2 bandes-annonce.



Retour au sommaire