SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  MegaCity 909 #1 (VO)

"MegaCity 909 #1 (VO)" de Kang - Suh - Dabb - Lee

7/10

Il y a des nouvelles séries qui retiennent l’attention pour leurs graphismes, leurs auteurs ou l’originalité de leur histoire. Si cette dernière commence de façon très classique et risque de le rester, le dessin quant à lui sort suffisamment de l’ordinaire pour que l’on ait envie d’en savoir plus. Entièrement peint et retravaillé par ordinateur, Megacity 909 dispose d’un certain cachet, associant comics et manga, le tout transposé dans un univers futuriste.

Après un âge d’or de paix, et parce que rien ne dure éternellement, le chaos reprend de plus belle, en la présence d’entités informatiques, de parasites, qui investissent l’esprit humain qui possède, dans ce futur, une puce permettant de gommer les pulsions négatives - colère, etc. Ce point d’accès à la psyché permet ainsi cette possession par ces "ghosts in the shell", et fait intervenir nos héros : une équipe d’intervention, éliminant tout autant ces parasites que leurs hôtes humains. Beaucoup de bastons, de fusillades, et donc de classicisme, mais le graphisme est là. Ce n’est pas joli, c’est simplement différent de ce qui se fait ; on pourra trouver les couleurs trop criardes, les visages étranges, mais cela rappelle Defiance, un récit SF gore qui m’avait bien plu, bien qu’il ne fallait pas trop en attendre du scénario - des monstres venus des enfers investissent la Terre, on croirait du Top Cow.

Un premier numéro qui est toutefois mené tambour battant, sans temps mort, ce qui est déjà très bien. Il faut maintenant espérer que l’histoire va apporter un peu de profondeur à ses personnages et surtout nous réserver quelques sympathiques rebondissements pour la suite.

Grégory Covin



Retour au sommaire