SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Cinéma bis et culte -  Hong Kong Connection

"Hong Kong Connection" de Joseph Velasco (Tso Nam Lee)


Titre Original : Edge of Fury
Autre titre : La Fureur du Kung Fu
Réalisateur : Joseph Velasco (Tso Nam Lee)

Avec : Bruce Li - Fong Lung - Suet Mai - Lee Yan Kok - Yasuaki Kurata

Durée : 82 minutes
Origine : HK
Année : 19..
Genre : Kung fu / Brucexploitation
Editeur : FIP Ceinture Noire

Cotation : 3 / 10

Résumé :

Le chauffeur d’un riche d’homme d’affaire apprend que son patron était un trafiquant de drogue. Condamné à mort et exécuté en Thailande, il a laissé au chauffeur une lettre testament qui attire bien des convoitises. La femme du défunt cherche à la récupérer tandis qu’un gang rival désire s’approprier une cargaison d’opium arrivée récemment à Hong Kong.

Critiques :

Non, il ne s’agit pas de "Hong Kong Connection", alias "Black Belt Jones 2 : The Tattoo Connection", la série B de Joseph Velasco avec Jim Kelly. Malheureusement. Cette "Hong Kong Connection" ci est un mauvais kung-fu urbain, à la mise en scène anémique et au scénario affligeant de banalité, également signé Joseph Velasco. D’où un risque de confusion d’autant que les deux films sont sortis en 1978.

L’intrigue progresse de manière laborieuse et accumule les scènes inutiles prétextes à des combats chorégraphiés n’importe comment et plutôt ennuyeuses, car trop répétitives. Bruce Li parvient quand même à asséner quelques coups assez efficaces et, rien que pour lui, certaines bastons valent un rapide coup d’oeil. La présence d’un insupportable gamin, affligé d’un doublage français atroce, ajoute un nouveau bémol qui oblige Bruce Li à pouponner de manière souvent risible. Bref, pas grand chose à sauver dans ce produit : il s’agit manifestement d’une série Z vite (et mal) expédiée, comme on en produisait à la pelle entre 1974 et 1980. Hélàs, elle n’atteint pas le niveau de sympathique ringardise de produits similaires, les fameux fake Bruce Lee ou brucexplotation.

Joseph Velasco et Bruce Li (ou si vous préférez Tso Nam Lee et Ho Chung Tao) donnèrent largement dans ce registre durant une bonne dizaine d’années, inondant le marché de produits à l’intérêt divers. Le meilleur de leur carrière reside sans doute dans "Les 6 Epreuves de la Mort" (alias "Enter The Game Of Death"), un excellent plagiat du dernier film inachevé du Petit Dragon. Dans un style similaire, "Fist Of Fury 2" s’impose comme un bon petit bis au final assez mémorable.

Les amateurs de nanars se souviendront aussi avec émotion de l’hallucinant "Big Boss à Bornéo" (aka "Bruce Li In New Guinea"), un délirant serial qui se suit le sourire aux lèvres et sans le moindre ennuit malgrè une indéniable nullité.

Notons aussi, dans ce "Edge of Fury", un soupçon de violence et une pincée d’érotisme, la méchante numéro un (plus salope caricaturale, tu meurs !) montrant une certaine propension à se dénuder, entre autre lors d’un viol simulé qui permet d’admirer tous les détails de son anatomie. Heureusement, sa plastique est plus agréable que son jeu d’actrice proprement catastrophique comme en témoigne ses quelques scènes un peu dramatiques. La demoiselle termine le métrage la (jolie) poitrine offerte, bien décidée à s’offrir à un avocat pour récupérer son héritage. Rejetée ("Je n’ai jamais aimé les putes" déclare l’homme de loi), elle poignarde le goujat avant de se faire un bel hara-kiri. Quoique ratée dans sa mise en scène et atroce dans son jeu d’acteur, il s’agit pourtant de la meilleure séquence du film, la seule qui temoigne, au moins, d’un soupçon d’originalité.

Et à part ça ? Et bien, rien à signaler : c’est médiocre à tous les niveaux, ou presque ! A réserver aux inconditionnels absolus du kung-fu bis ou aux fans de Bruce Li qui verront leur idole se démener avec une certaine énergie. Sans toujours parvenir à sauver les meubles. Il y a pire dans le genre (oh oui, il y a franchement pire !) mais il y a également bien mieux !

Pizzoferrato Fred (2004)



Retour au sommaire des films bis et culte