SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  M - R -  Le Roi des Epées - Troisième Livre de Corum (King of the Sword, 1972)



"Le Roi des Epées - Troisième Livre de Corum (King of the Sword, 1972)"
de
Michael Moorcock

Editeur :
Pocket
 

"Le Roi des Epées - Troisième Livre de Corum (King of the Sword, 1972)"
de Michael Moorcock



Press Pocket
189 pages.

Verdict : 8 / 10

Corum est une des manifestations de l’Eternel Champion, au même titre qu’Elric, Hawkmoon ou Erekosé. Ses aventures se composent de 6 tomes d’environ 200 pages chacun. Lesquels s’inscrivent dans l’hyper cycle du Multivers comprenant, au total, 25 bouquins. Bref, il s’agit d’une construction romanesque de poids qui peut se lire indépendamment des autres sagas mais prend tout son sens dans cet immense ensemble (relativement) cohérent.

Dans ce troisième épisode, Corum rencontre Elric et Erekosé et part à la recherche de Tanelorn, récupérant au passage le bâton runique de Hawkmoon. Le connaisseur appréciera les références, le néophyte s’amusera simplement d’un roman échevelé. A la différence de la plupart des auteurs de fantasy, Moorcock fonce sans s’appesantir sur les détails. Sans jouer les mauvaises langues, quelques romanciers actuels en vue (qui à dit Robert Jordan, hein !, qui ?) aurait tiré de ce seul livre une trilogie de 1500 pages.
Ici, impossible de s’ennuyer : chaque court chapitre est prétexte à une rencontre insolite, une démonstration de sorcellerie ou un combat à l’arme blanche. On pourra parfois reprocher une certaine précipitation et une volonté très jeu de rôle de faire progresser l’intrigue en parachutant au moment opportun un personnage susceptible d’aider le héros. C’est vrai. Ce n’est pas toujours particulièrement bien écrit (ou bien traduit, va savoir) non plus.

On devine Moorcock emporté par sa fougue et peut pressé de ce relire. Mais l’originalité dont il fait preuve compense ses lacunes et ce "Roi des Epées" se lit d’une traite, dans un esprit proche des serials et des œuvres de Robert Howard ou Lin Carter. Du pur divertissement de premier choix !

Pizzoferrato Fred






Retour au sommaire