SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Myrkos T1 : L’Ornemaniste

"Myrkos T1 : L’Ornemaniste" de Jean-Charles Kraehn, dessin de Miguel

8/10

Myrkos est sans conteste l’élève le plus doué de la Scola Impériale des Arts, à Anetha. Mais sa curiosité, son esprit frondeur et l’irrespect qu’il professe envers toutes les autorités, lui attirent l’inimitié du grand prêtre dirigeant l’école, un gardien fidèle de la tradition dans tous les domaines. Alors qu’une nouvelle insolence va le faire renvoyer, il est « sauvé », par la mort de sa mère. De retour dans son village pour le deuil, il poursuit, avec une ancienne maîtresse, ses recherches sur la représentation des corps en trois dimensions ...et sur la perspective. Cette recherche n’est pas sans danger, car les maîtres de la Scola n’y voient que subversion et ses motivations sont incomprises. Il en va ainsi d’un patron d’établissement qui le surprend, dans la chambre d’une de ses femmes, à la dessiner nue. Les maîtres de la Scola n’y voient que subversion. Sur le chemin du retour, il est adopté par une jeune chouette, confiée par une servante, mais son rang ne lui autorise pas ce privilège de posséder un animal. Pourra-t-il, à Anetha, échapper à ses ennemis, car leur étau se resserre ? À trop enfreindre les lois, ne risque-t-il pas la mort ?

Jean-Charles Kraehn s’appuie, pour son histoire, sur le constat suivant : « La curiosité et l’imagination rejoignent souvent les chemins de la subversion et de la sédition. » Plaçant son intrigue dans un monde antique imaginaire, mais bien proche de celui que connut le bassin méditerranéen, le scénariste s’attache au rapport de l’art et du pouvoir. Il montre les liens étroits qui existent entre eux et que la stabilité de l’un dépend de l’autre. Des évolutions, des mutations artistiques, surtout dans la représentation officielle, peuvent engendrer des idées contestataires. Le scénario s’appuie sur des personnages dont le profil rappelle les héros d’Homère et joue avec l’aventure, avec l’étrange, voire avec la magie. Il génère un climat proche de celui de la fantasy, tout en gardant la précision d’une histoire recomposée qui emprunte à l’Egypte, la Grèce, l’Empire romain... Anetha est d’ailleurs une clé assez transparente.

Le dessinateur a, semble-t-il, bien saisi le monde que voulait décrire l’auteur. Il propose un découpage précis des cases, une structuration de l’image qui colle bien au récit. Il restitue parfaitement le sentiment d’oppression que peut engendrer la représentation démesurée des dieux et des puissants, l’édification de monuments gigantesques. Une introduction de LEO, le créateur des mondes d’Aldebaran et compatriote de Miguel, relate le parcours de celui-ci, exprime tout l’intérêt qu’il trouve, en tant que dessinateur confirmé, au travail de ce nouveau venu dans la BD.

Serge Perraud

Myrkos T1 : L’Ornemaniste, Kraehn et Miguel, Dargaud, octobre 2004, 48 pages, 9,45 €



Retour au sommaire