SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Say Hello to Black Jack 1 & 2

"Say Hello to Black Jack 1 & 2" de Syuho Sato

9/10

La plus grande horreur est issue du monde réel. C’est la peur de la souffrance, la sienne ou celle de ses proches. Si, quand on est jeune, la peur du noir et de ce qu’il recèle est nourrie par la crainte d’être enlevé de ses parents, la peur véritable, adulte, est liée à la chair. Maladie, douleurs. Combien frissonne à l’idée d’une prise de sang ? La pénétration de la chair, l’idée de sa déchirure, est un générateur d’effroi assez incroyable.

Say Hello to Black Jack, si vous suivez un peu l’actualité Manga, a fait du bruit quand il est sorti aux Japon, et partout ailleurs, car il montrait du doigt un système, une façon de penser et de faire. Si l’on sait tous que la recherche, la médecine, et tout le reste, est un commerce, il ne faut tout de même pas que cela soit trop voyant, quantifiable, analysable, et ce aussi facilement que dans une bande dessinée. C’est ce bilan que montre ce nouveau manga, intelligent, bien dessiné, et accusateur. Images choques, presque insoutenables d’accidentés, car cela pourrait être n’importe qui à la place du personnage qui voit sa vie le quitter, on rentre vite dans la peau du héros, à vouloir sauver la vie de ces gens, la peur au ventre car il est débutant et n’a au final aucune expérience que celle, théorique, apprise à la Faculté. Il est seul, livré à lui-même et à sa psyché. Avec cette question qui revient sans cesse : comment améliorer les choses ? Et s’il n’y avait pas de réponses, tant le système ne permet aucune amélioration que celle, pécuniaire, qui ne cesse, elle, de s’affiner ? On retiendra cette phrase du premier numéro : "être juste, c’est être faible". Et le monde n’appartient pas aux faibles, pas vrai ? Un manga intelligent à découvrir.

Grégory Covin



Retour au sommaire