SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No107
107
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  Infos -  Chambre Froide de David Koepp

Article précédent :
Un océan de rouille de C. Robert Cargill

Chambre Froide de David Koepp

Article suivant :
La science dans Stars Wars de Mark Brake



S’il vous effleure, il est déjà trop tard ...
1987.
Des débris de la station spatiale Skylab tombés dans le désert australien ont libéré les spores d’un champignon génétiquement modifié hautement létal.
Bilan : vingt-six morts, le corps atrocement mutilé.
Les deux agents gouvernementaux et la microbiologiste dépêchés sur place arrivent trop tard pour sauver quiconque, mais ils parviennent à prélever un échantillon du fongus et à le confiner dans un complexe de stockage militaire au Kansas, dans un environnement qui devrait l’empêcher de se développer.
2019.
Deux employés du complexe - revendu depuis à une société privée - sont témoins d’une activité anormale au quatrième sous-sol.
Ils ignorent tout de-la présence en ces lieux de l’arme bactériologique la plus mortelle jamais conçue ... et qui vient de se réveiller.

Le premier roman du scénariste de Jurassic Park, Spider-Man, Indiana Jones, La Guerre des mondes et Mission impossible ...

Considéré comme l’un des scénaristes les plus populaires de tous les temps, David Koepp est capable d’exceller dans tous les genres et son travail connaît un succès à la fois critique et commercial.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Thibaud Eliroff
Thriller apocalyptique
352 pages
21,50 €
Harper Collins NOIR

Feuilletage

La propagande de l’éditeur vous donne envie de lire ce livre ?
Tant mieux.
L’auteur a des références de scénariste de films à grand spectacle.
Extrait :
"Dans l’échelle de ses priorités, son besoin de mettre de la distance entre lui-même et cette pièce chaude et la merde fongique qui en sortait surpassait celui d’impressionner Naomi par un coup d’éclat."

Alain Pelosato