SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No106
106
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  Last Christmas

"Last Christmas" de Paul Feig

 


Avec : Emilia Clarke, Henry Golding, Michelle Yeoh, et Emma Thompson

Kate (Emilia Clarke), traîne ses problèmes et sa mauvaise humeur dans les rues de Londres, accumulant les déboires, au son exaspérant des clochettes qu’elle trimbale à ses chaussures, une des exigences de son emploi dans une boutique de Noël ouverte toutes saisons confondues. Quand Tom (Henry Golding) fait irruption dans sa vie, prêt à passer outre sa forteresse de cynisme, elle a du mal à en croire ses yeux.
Alors que Londres s’habille aux couleurs de Noël, rien ne semble prédestiner ces deux-là. Mais parfois, il faut laisser tomber la neige, écouter son cœur, et comme George Michael a si bien su le dire, et le chanter : « You gotta have faith ». (« Il faut garder la foi »).
Au début du film, on apprend que Kate a subi récemment une intervention chirurgicale réussie. Cependant depuis Kate est mal dans sa peau et semble vouloir s’auto-détruire.
Je dois dire que je suis fan d’Emilia Clarke (Game of Thrones) et que ce film nous révèle sa merveilleuse personnalité. Elle réussit à la fois à nous faire rire et à nous faire pleurer. Non seulement Emilia illumine l’écran mais en plus elle chante !!
Alors que sa famille et ses amis sont las de toutes ses turpitudes, surgit Tom qui va s’intéresser à elle. Ce ne sera pourtant pas le coup de foudre immédiat et il y aura d’abord quelques frictions.
A la fois drôle et charmant, Henry Golding remplit à la perfection son rôle d’excentrique attentionné. Il n’est pas joignable sur un portable ce qui de nos jours paraît complètement insensé.
Michelle Yeoh reconnue comme une des plus grandes actrices asiatiques est Santa. Patronne sévère mais toujours juste, elle veille sur Kate et l’aime bien malgré le manque d’attention de Kate envers les clients de son magasin de Noël.
Emma Thomson, parallèlement à ses fonctions de scénariste et productrice, interprète Petra, la mère de Kate qui a fui l’ex Yougoslavie dans les années 90 pour partir dans un pays dont elle ne parle pas la langue.
Quant à Marta (Lydia Léonard) la sœur aînée de Kate, elle doit assumer son homosexualité.
Ce film est donc une comédie romantique où Emma Thomson aborde de nombreux sujets sérieux propres au monde dans lequel on vit. L’histoire se déroule en 2017, au lendemain de la victoire du oui pour le Brexit et le film s’intéresse aux conséquences humaines de ce bouleversement. D’ailleurs on s’aperçoit que 3 ans plus tard ce Brexit divise nos amis britanniques qui n’osent même plus en parler en famille tellement le sujet est brûlant.
Intégralement tourné au Royaume Uni (plutôt désuni en ce moment si je peux faire un mauvais jeu de mots), ce film nous montre de très belles images de Londres. (l’Albert Bridge, Regent Street, Jermyn Street, Brick Lane), ce qui va vous donner j’en suis sûre l’envie de revisiter Londres, surtout en cette période de Noël. Selon moi, les anglo-saxons ont mieux su garder l’âme de Noël, avec l’ambiance dans les rues, les décorations, etc...
La devise de Tom « lève les yeux parce qu’il y a toujours quelque chose d’inattendu à voir », s’adresse particulièrement à tous ceux et celles qui sont rivés sur leur portable sans même regarder ce qui se passe autour d’eux. On loupe beaucoup de choses quand on a le nez collé sur son portable. Il s’agit là aussi d’apprendre à vivre, à se prendre en charge et s’assumer soi-même, ce qui est de plus en plus rare de nos jours et notamment en France où on a tendance à attendre tout de l’Etat providence pour régler tous nos petits problèmes. Lever les yeux, c’est aussi se tourner vers des choses plus spirituelles pour se détacher des choses matérielles.
Beaucoup de poésie dans cette comédie romantique, incontournable en cette période de Noël, où il est question de famille, d’amour, de bonheur, de douleur, bref de notre quotidien en quelque sorte.
Quant à la chanson Last Christmas (Wham) qui donne le titre au film, c’est une magnifique évocation de Noël, et nous découvrons de superbes compositions de George Michael récompensé aux Grammy mais malheureusement disparu trop tôt.
Last Christmas est une comédie à voir en famille qui, en ces temps difficiles, nous procure une bonne énergie positive dont on a bien besoin en France. (Même notre président nous a trouvé trop négatifs).
« You gotta have faith » George Michael.
A méditer

Françoise Toquet

Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato :
123 ans de cinéma fantastique et de SF : Essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2019



Retour au sommaire