SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No106
106
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  M - R -  Maléfique : le pouvoir du Mal (Maleficent : Mistress of evil)
"Maléfique : le pouvoir du Mal (Maleficent : Mistress of evil)"
de
 


Maleficent : Mistress of evil

De : Joachim Rønning
Avec : Angelina Jolie, Elle Fanning, Michelle Pfeiffer, Harris Dickinson

Maleficent et sa filleule Aurora commencent à s’interroger sur les liens familiaux complexes qui les unissent, entraînées dans des directions différentes par des noces imminentes, des alliés inattendus et de nouvelles forces obscures en jeu alors qu’elles continuent leur combat pour protéger leurs terres et les créatures magiques qui les peuplent.
Il est toujours difficile de réussir une suite et malgré un casting parfait, Maleficent est très décevant.
D’abord Angelina Jolie (Maleficent) si appréciée par le public par son charisme et sa gentillesse et toujours aussi parfaite dans son rôle est curieusement peu présente à l’écran. En effet c’est plutôt Michelle Pfeiffer qui a la vedette. Bien sûr elle est détestable à souhait dans le rôle de la gentille qui n’est pas si gentille que çà mais sincèrement je m’attendais à ce que Angelina soit mise plus en avant. Notons Sam Riley qui joue son personnage Diaval le corbeau maléfique avec beaucoup d’humour et Elle Fanning (Aurora) très authentique et toujours aussi charmante.
La scène du dîner pour la présentation de la famille est vraiment très intéressante au niveau de la tension que malheureusement on ne retrouve pas dans les autres passages. Les répliques d’ailleurs sont savoureuses à souhait ainsi que l’attaque du chat car n’oublions pas que Maleficent est avant tout un oiseau maléfique.
Par contre, les paysages traités avec une surcharge digitale sont trop colorés, et bien qu’il s’agisse d’un monde imaginaire, on se retrouve avec un univers numérique bien laid auquel on adhère absolument pas, toutes les images de Joachim Rønning sont bien trop criardes ce qui efface la féérie visuelle magique à laquelle on pouvait s’attendre dans un forêt peuplée d’innombrables petites créatures.
Les costumes sont magnifiques car il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un film de Disney inspiré de la belle au bois dormant qui s’adresse à un jeune public.
Quelques longueurs, une fin décevante ce film est en soi une déception surtout si on le compare au précédent.
Bien sûr cela reste un bon divertissement à voir en famille avec les enfants mais je pense que en tout cas les parents risquent d’être très déçus.

Françoise Toquet

Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato :
123 ans de cinéma fantastique et de SF : Essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2019



Retour au sommaire