SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No106
106
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Carton Blême

"Carton Blême" de

de Jean-Hughes Oppel, Pierre Siniac & Boris Beuzelin

d’après le roman de Pierre Siniac

Que les élites, celles-là même qui ont pourtant instauré le système, cherchent par tous les moyens à échapper aux foudres injustes du carton blême n’a rien de surprenant.

- criminalité urbaine : + 108 %
- délinquance juvénile : + 151 %
- chômage : 6 853 729 inscrits
- qualité de l’air : passable
- drogue : + 205 %
- SDF 111 313 (moins de 25 ans : 91 101)

Le commissaire divisionnaire Héclans (coefficient de santé 93/100) vient d’être promu chef de la B.C.U.I. (Brigade Criminelle Urbaine d’Intervention). Outre les criminels individuels la ville est parcourue par des gangs d’enfants, ainsi que par des bandes néofascistes ou néogauchistes.
Le Ministre de l’intérieur a décidé que la police ne protègerait qu’une partie de la population. Le critère de sélection repose sur l’état de santé. Un bilan médical semestriel établit le coefficient santé de chaque citoyen. S’il est inférieur à un ratio de 22,23 % le citoyen est classé H.P.S.P. (Hors Protection des Services de Police). Il se retrouve alors pourvu d’un « carton blême », à la différence des porteurs de « carton bleu ».
Ainsi Claudine Stern avait demandé la protection de la police. Cette aide lui avait évidemment été refusée en raison de son Carton Blême. Ceci avait entraîné sa mort (dans le strict respect de la loi). Cependant lors de l’autopsie le médecin légiste a établi que la victime au Carton Blême disposait au moment de sa mort d’un coefficient de santé de 87.
Dans un contexte où l’injustice est causée par une décision administrative, une anomalie vient de se présenter.
L’adaptation du roman de Pierre Siniac présente une société pour le moins curieuse. La démocratie (si elle existe encore) devrait s’insurger contre cette pratique. Comme le coefficient de santé doit logiquement être plus bas pour les générations les plus âgées, les familles devraient compter de nombreux « Cartons Blêmes » dans leurs rangs. Et il est peu probable qu’elles acceptent que leurs grands-parents se fassent trucider sans que la police ne s’y oppose.
De plus, ce n’est guère pratique. Car si les policiers interceptaient les agresseurs des Cartons Blêmes, ils empêcheraient de futures agressions contre des Cartons Bleus. Depuis quand une société ne veut-elle plus que son taux de criminalité baisse ?

Damien Dhondt

Auteur : Jean-Hughes Oppel & Pierre Siniac, Illustration : Boris Beuzelin _ Carton Blême _ Edition Rivages, collection Noir _ juin 2013 _ Inédit, moyen format, couverture souple, 104 pages couleurs _ 18 euros



Retour au sommaire