SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No106
106
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  G - L -  Mémoires d’un détective à vapeur



"Mémoires d’un détective à vapeur "
de
Viat & Olav Koulikov

Editeur :
Les moutons électriques
 

"Mémoires d’un détective à vapeur "
de Viat & Olav Koulikov



L’an 3000 ? Surtout ne tombez pas dans le piège, c’est en fait en 1969 que prennent place les huit nouvelles de ce recueil (selon le calendrier bouddhique remis au goût du jour) ! Entre uchronie steampunk et polar à la Conan Doyle, on y suit les enquêtes menées par le corpulent détective Jan Marcus Bodichiev dans un Empire anglo-allemand paisible et prospère, rapportées par le fictif Viatcheslav Koulikov, dont les écrits ont été retrouvés par son non moins fictif fils Olav.
Le mystérieux auteur des Mémoires d’un détective à vapeur s’y complaît dans un travail de compilation (fictif) délibérément académique, dans lequel de courtes nouvelles côtoient deux fragments de textes incomplets. Or le bât blesse réellement dans la forme ainsi adoptée. D’une part, quel intérêt à rendre ses textes volontairement incomplets ? Si le travail de compilation fictif s’y prête, l’intérêt s’en retrouve nul envers le lecteur, qui se prend à renâcler devant l’impression de brouillon qui se dégage du résultat. D’autre part et par conséquent, Bodichiev, malgré ses allures de Sherlock Holmes ou d’Auguste Dupin, ne parvient pas à se hisser au rang des « grands détectives », du fait de son manque de crédibilité. Ses conclusions arrivent systématiquement de manière abrupte et lacunaire, révélées par son propre récit sans laisser de réelle place à l’action.
L’intérêt de l’ouvrage réside essentiellement dans le monde dessiné en toile de fond, résultat uchronique du mariage de la reine Victoria avec un prince russe. La géopolitique exposée entre régimes impériaux ou communistes ne manque pas de crédibilité, pourtant le cadre victorien dans lequel s’épanouissent des avancées technologiques surprenantes – entre humains modifiés et régulation météorologique de précision – s’avère particulièrement déroutante quant à elle, tout en manquant cruellement de profondeur et d’explications plus poussées.
Un ouvrage aux qualités rétro-futuristes évidentes mais beaucoup trop court et elliptique pour en apprécier toutes les subtilités.

Lothaire Berthier

Mémoires d’un détective à vapeur, Viat & Olav Koulikov, traduction d’André-François Ruaud, édition Les Moutons électriques, 272 pages, 17 euros.






Retour au sommaire