SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Cinéma bis et culte -  Un, Deux, Trois (« One, Two, Tree », 1961)

"Un, Deux, Trois (« One, Two, Tree », 1961)" de Billy Wilder


 


comédie américaine

Quand on incendie le Reichstag, on peut faire brûler un contrat de mariage !

1961, bienvenue à Berlin-Ouest. En pleine Guerre Froide la ville est cernée par les troupes du pacte de Varsovie et se trouve constamment menacée d’atomisation, tandis que la police militaire américaine y traque une espionne communiste ayant tatoué « yankee go home » sur sa poitrine.

Mais C. R. Mac Namara (James Cagney) a d’autres soucis. Ce représentant de la société Coca-Cola n’arrive pas à placer des distributeurs de boissons au sein des bâtiments administratifs allemands (« On se demande qui a gagné la guerre ! »). De plus, il ne peut rien contre le trafic de Coca-Cola dans le Secteur Est (« Et ils ne rendent pas les bouteilles ! »). Néanmoins, il espère bien conquérir le marché soviétique. Il dispose d’un atout manifeste pour les négociations : sa ravissante secrétaire particulière fraülein Ingeborg (Liselotte Pulver).

Cependant une catastrophe arrive ! Elle se nomme Scarlett Hazeltine (Pamela Tiffin). La fille de Wendell Hazeltine (Howard St. John) le directeur de Coca-Cola (et redoutable grand-patron de Mac Namara) est annoncée par le prochain vol (« Si les Russes n’abattent pas l’avion ! »). Les Russes n’ont pas abattu l’avion et les problèmes commencent. En effet la jeune fille est venue à Berlin profiter de la vie sociale (« Les journaux disent que Berlin est la ville la plus agitée »). Il s’agit en fait d’agitation politique. De plus, Scarlet n’est absolument pas dérangée par les slogans « yankee go-home » qui fleurissent à l’Est. Scarlet vient d’un État du Sud des USA et chez elle tout le monde déteste les Yankees !

Mais Scarlett disparaît alors que son père annonce son arrivée prochaine. Lorsque Mac Namara la retrouve elle est mariée et enceinte. Le mari n’est autre qu’Otto Ludwig Piffl (Horst Buchholz), ouvrier d’Allemagne de l’Est et fervent communiste ! L’avion de Wendell Hazeltine arrive... Comme il ne faut pas compter sur l’aviation soviétique pour abattre l’avion Mac Namara va devoir faire appel aux personnes compétentes : outre fraülein Ingeborg voici le comte von Droste Schattenburg (Hubert von Meyerinck). Ce digne représentant de la noblesse allemande exerce à présent la profession de préposé aux toilettes dans un restaurant berlinois, ce qui ne l’empêche pas d’être un descendant de Philip l’Égorgeur (1).

Ce film savoureux (2) nous enseigne que de ne pas porter de caleçon permet de gagner la guerre froide et que « Dans un monde qui a produit le Taj Mahal, William Shakespeare et la pâte dentifrice rien ne peut aller mal ! »

(1) l’Égorgeur dans la version française, l’Hémophile dans la version sous-titrée
(2) qui fut interdit en Finlande pendant un quart de siècle pour ne pas risquer de compromettre les bonnes relations de ce pays avec son voisin l’URSS

Damien Dhondt

Fiche technique :

Réalisateur : Billy Wilder
Scénaristes : Billy Wilder & I.A.L. Diamond d’après la pièce de Ferenc Molnar(1929)
Audio : Dual Mono
Langue : Français, Anglais
Sous-titres : Français
Format : 2.35 - 16/9
Nombre de disques : 1
Sortie : 4 juin 2019
Durée : 108 mn
Editeur : Rimini
Prix : 14,99 euros

Bonus vidéo :

- Interview audio de Billy Wilder (61min - vost) - Enregistrée le 15 mars 1970 au National Film Theatre. BFI National Archive
- Conversation entre Mathieu Macheret et Frédéric Mercier, journalistes (36 min)
- Film annonce

Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato :
123 ans de cinéma fantastique et de SF : Essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2019



Retour au sommaire des films bis et culte