SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  G - L -  Lovecraft – Je suis Providence (French Edition)



"Lovecraft – Je suis Providence (French Edition) "
de
S.T. Joshi

Editeur :
Actu SF
 

"Lovecraft – Je suis Providence (French Edition) "
de S.T. Joshi



J’ai lu la version Kindle de cet ouvrage, que j’ai achetée, n’ayant pas eu l’honneur de recevoir un service de presse de l’éditeur.
Quelle somme !
Ce livre est un superbe travail de l’auteur qui n’est pas un petit nouveau dans l’étude de la biographie et de l’œuvre de Lovecraft. Je dirais même LE superbe travail de l’auteur, l’œuvre de sa vie. J’avais déjà lu ses travaux précédents et j’avais été à chaque fois fasciné.
Ici, il y a un problème. C’est le problème de la qualité de ce travail : Joshi traite de TOUT ce qui concerne Lovecraft. Cela peut apparaître comme fastidieux pour un lecteur « normal ». Pour lire ce livre, il faut être un passionné, car il est énorme, et certains passages très longs pourront paraître assez ennuyeux. Je suis passionné, donc je l’ai lu et j’en suis sorti abasourdi. Abasourdi de bien-être !
D’abord, dès le départ, j’ai été rassuré par l’objectivité de cet auteur. Par exemple concernant le racisme de Lovecraft. Je lis (à l’emplacement 3697) :
« Le racisme chez Lovecraft est un sujet que je vais aborder tout au long de ce livre ; c’est un sujet qu’on ne peut esquiver, mais qu’il convient — aussi difficile que cela puisse l’être — de l’aborder sans s’en remettre aux émotions et en replaçant les vues de Lovecraft dans le contexte des courants intellectuels prévalant à l’époque. » Voilà qui est dit et bien dit !
Plus loin, il indique :
« Thomas Dixon Junior, ou des écrivains comme Frank Norris et Jack London, qui acceptent comme un axiome l’infériorité des peuples « primitifs » et le droit moral des Blancs à les dominer. » (7275)
Vous avez noté hein ? Jack London, le « progressiste », celui qui est allé rencontrer Lénine et qui est revenu illuminé par le dictateur communiste…
Ensuite, dès le départ, Joshi a très bien cerné les caractéristiques de l’œuvre de HPL :
« a) Amour de l’étrange et du fantastique. b) Amour de la vérité abstraite et de la logique scientifique. c) Amour de l’ancien et du permanent. » (1169)
Enfin, et je me dois de le souligner, étant chimiste moi-même, Lovecraft était passionné de chimie et d’astronomie (ce que je suis également). Un vrai copain ce Lovecraft !
Dans tous les débats sur Lovecraft auxquels j’ai participé, je n’ai jamais manqué de souligner les immenses connaissances de Lovecraft dans le domaine scientifique. Tout le monde me regardait avec des yeux ronds. C’est que peu de lecteurs, la plupart du temps de formation littéraire, ont une culture scientifique suffisante pour le remarquer. Pourtant les sciences sont au cœur même de l’œuvre d’HPL !
Je dirais même que ce travail est tellement profond et puissant qu’il m’a stressé. Lire ce livre (50 heures de lecture !) c’est entrer dans la vie intime de HPL. Mais aussi dans la vie de toutes ses relations (et il en a eu beaucoup, il n’a jamais été le « reclus de Providence » !) . On finit par comprendre que Lovecraft est à l‘origine de la SF au niveau international ! C’est lui le Yog-Sothoth de la SF mondiale, le dieu créateur…
Joshi traite également en détail le rôle négatif d’August Derleth dans cet héritage qu’il a pollué, notamment avec son soi-disant mythe de Cthulhu, et comment il s’est approprié les droits des œuvres de Lovecraft (qui n’avait pas d’héritier) avec sa maison d’édition Arkham House.
Lire ce livre c’est comme gravir une montagne, une très haute montagne comme celles des Montagnes Hallucinées ! Car, en effet, une fois le sommet atteint, une fois l’immense effort effectué, quand on referme le livre on est halluciné !
La partie édition, avec le travail colossal de traduction qui a mobilisé pas moins de dix traducteurs laisse, hélas à désirer. J’ai noté de nombreuses coquilles, des mots manquants dans certaines phrases, qui pour certaines ne sont compréhensibles qu’en devinant le mot manquant. À de nombreuses reprises, il y a des erreurs d’impression et de typographie.
Ce ne serait pas grave si c’était de l’autoédition, mais là, une édition qui se veut professionnelle et qui coûte très cher, il aurait fallu plus de soin…
Je suis désolé pour l’auteur, car ce manque de soin est un peu un manque de respect pour son œuvre monumentale. Il semblerait que cette publication s’est faite à la va-vite…

Alain Pelosato
Directeur de sfmag

H.P. Lovecraft : Je suis Providence, biographie de S.T. Joshi (I Am Providence, The Life and Times of H.P. Lovecraft, 2013), traduit de l’anglais par Thomas Bauduret, Erwan Devos, Florence Dolisi, Pierre-Paul Durastanti, Jacques Fuentealba, Hermine Hémon, Annaïg Houesnard, Maxime Le Dain, Arnaud Mousnier-Lompré & Alex Nikolavitch., Actu SF, mars 2019, tome 1 : 716 pages grand format, 28 euros, tome 2 : 684 pages, 27 euros.






Retour au sommaire