SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  Dumbo

"Dumbo " de Tim Burton

 


Avec : Eva Green, Colin Farrel, Danny DeVito, Michael Keaton

Après une fin de siècle mi-figue mi-raisin, avec Dumbo on retrouve enfin le grand Tim Burton des années 1980 - 1990. Qui ne se souvient pas de l’énorme succès d’Edward aux mains d’argent ?
L’histoire se passe aux lendemains de la guerre 1914-1918.
Holt Farrier (Colin Farrel), ex cow-boy star revient de la guerre avec un bras en moins et ne pourra donc pas reprendre son numéro de voltige à cheval au cirque. Max Medici (Danny DeVito) propriétaire du chapiteau et en difficultés financières, lui propose alors de s’occuper d’un éléphanteau aux oreilles disproportionnées devenu la risée du public. Les enfants de Holt, Milly (Nico Parker) et Joe (Finley Hobbins) orphelins de leur mère, vont aussitôt s’attacher à cet éléphanteau séparé de sa mère Jumbo. Milly croit aux pouvoirs singuliers du bébé pachyderme qui un jour à sa grande surprise, va se mettre à voler à l’aide de ses grandes oreilles.
Vandere (Michael Keaton) et son acrobate aérienne Colette Marchant (Eva Green) entrent alors en jeu et l’entrepreneur de spectacles, avide d’argent propose à Max Medici une collaboration afin de faire de ce jeune pachyderme la star d’un immense parc d’attractions. Mais tout ne va pas se passer comme prévu...
Eva Green (Miss Peregrine et les Enfants Particuliers) nouvelle muse de Tim Burton, (c’est la troisième fois qu’elle tourne sous sa direction) est parfaite dans ce rôle d’écuyère française comme à son habitude . Elle a dû même faire resurgir son accent français pour ce rôle, elle qui avait dû auparavant travailler pour effacer cet accent et satisfaire les productions américaines.
Je dois dire que j’ai particulièrement remarqué la prestation excellente de la jeune actrice Nico Parker qui semble avoir un avenir très prometteur.
Dans cette adaptation du long métrage d’animation des studios Disney sorti en 1941, on retrouve un grand Tim Burton poétique et ironique à la fois.
Dans son Dumbo, Tim Burton dépeint l’industrie du divertissement tombée aux mains des « requins de la finance », monde cynique et cruel. L’entrepreneur veut un spectacle qui rapporte un maximum de recettes et n’hésite pas à mettre en danger la vie de l’écuyère et celle du bébé éléphant pour faire du sensationnel. Notons d’ailleurs la présence du banquier au spectacle, prêt à débourser des fonds uniquement si la représentation a un succès phénoménal. Tim Burton porte un regard critique sur le gigantisme des parcs d’attractions et on peut alors se poser la question sur sa relation en apparence très ambiguë avec les studios Disney.
Tim Burton a su faire évoluer 2 éléphants en effets 100% numériques au milieu de prises de vues réelles et a d’ailleurs réussi un tour de force technique dans les scènes de vol de Dumbo, le tout étant parfaitement réaliste.
Dans ce film fantastique, on a à la fois de belles scènes magnifiquement tournées dans lesquelles évoluent des personnages du meilleur au plus méchant voir cynique.
Tim Burton démontre que l’on peut faire coexister l’avant et l’après numérique, dans un contexte poétique, à une époque où l’on nous sort chaque semaine un film de super héros et où tout doit aller toujours de plus en plus vite.
Dumbo est une réussite du point de vue technique, visuel et émotionnel. C’est du vrai Tim Burton tel qu’on l’attendait.
Je recommande d’aller voir ce film en famille pour votre plus grand plaisir. Vous passerez un bon moment, c’est un super divertissement qui toutefois nous fait réfléchir sur le monde tel qu’il est.

Françoise Toquet

Interviews des acteurs et autres professionnels du film dans sfmag No 104 en vente en kisques jusque vers le 20 juin 2019

Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato :
123 ans de cinéma fantastique et de SF : Essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2019



Retour au sommaire