SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  Toy story 4

"Toy story 4 " de Josh Cooley

 


Voix de : Tom Hanks, Keanu Reeves, Tony Hale, Tim Allen, Christina Hendricks, Annie Potts, Madeleine McGraw
Basée sur une projection IMAX 3D en VO

C’est la rentrée d’adaptation à la petite section maternelle et Bonnie (Madeleine McGraw) l’intègre avec une certaine appréhension. Aucun jouet personnel n’étant accepté Woody (Tom Hanks) inquiet, décide de l’accompagner en se cachant dans son sac.
Les choses ne se passant pas tout à fait bien pour elle, Bonnie fabrique un jouet à partir de détritus dont une fourchette en plastique, objets récupérés dans une poubelle par Woody, qui essaie de lui venir en aide discrètement. Ce nouveau jouet qu’elle va appeler Forky (Tony Hale) prends vie et veut absolument réintégrer une poubelle car pour lui c’est sa destinée et il n’a pas compris l’importance qu’il a pour Bonnie.
Woody et la bande de jouets partent avec Bonnie et ses parents en camping-car pour une semaine de voyage avant la rentrée. Pendant ce périple la bande de jouets va devoir veiller à ce que Forky ne retourne pas à l’état de déchet ce qu’il souhaite par dessus tout.
Il s’en suit toutes sortes de situations plus drôles les unes que les autres mais que je ne dévoilerai pas. Pour les découvrir il vous faudra voir ce film qui est un vrai bijoux et un chef d’oeuvre de l’animation et non je n’exagère pas.
Vous l’avez sans doute compris, j’ai adoré ce film où tout d’abord nous avons un excellent scénario grâce à Stefany Folsom et une musique de Randy Newman qui colle parfaitement à chaque scène.
Les décors sont très soignés, notamment le magasin d’antiquités avec son vieux mobilier et ses toiles d’araignées dans certains recoins. Il faut dire d’ailleurs qu’il s’y déroule une scène particulièrement hilarante avec les peluches Bunny et Ducky.
Le look de Gaby Gaby qui au final n’est pas aussi méchante qu’il y paraît, m’a rappelé les très jolies poupées de marque Raynal ou Gégé des années 1950-1960 . J’ai été surprise du maquillage style films d’horreur des pantins qui l’accompagnent mais je vous rassure tout de suite ils n’effraient ni les enfants ni les adultes.
Bien qu’il ait un rôle plus secondaire Buzz Lightyear (Tim Allen) nous offre des scènes géniales et parfois émouvantes de même que Duke Caboon (Keanu Reeves) le motard cascadeur.
Notons au passage la qualité visuelle du film, la profondeur des champs, une 3D dont certains plans sont ahurissants, les incroyables nuances des lumières ainsi que la cadence et le rythme, primordiaux dans un film d’animation.
Beaucoup d’humour mais aussi d’émotion qui s’adressent à la fois aux enfants et aux adultes avec pour message : Dans la vie plusieurs chemins s’offrent à nous et l’on peut vivre plusieurs expériences, le champs est vaste. Chacun peut ainsi trouver son bonheur et vivre heureux.
Je recommande ce film à tous les publics, c’est beau, génial, hilarant. Foncez-y, vous rirez beaucoup et passerez un super moment.

Françoise Toquet

Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato :
123 ans de cinéma fantastique et de SF : Essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2019



Retour au sommaire